Retour avec un grand R (roulé ou non)

Et oui, toute bonne chose a une fin ! C’est venu le temps pour moi de remiser mon sac et de rentrer a la maison. Cela fait quelques semaines que je m’y prépare. On se sent comment ? Bien, confuse, mélangé, triste, heureuse, émotive, excité, fébrile, anxieuse, inconsciente, prête. C’est possible tout ca a la fois ? Un gros mix-feeling. Il faut bien savoir revenir. Je pensais bien tenir mon retour ultra-secret pour tous. Mon plan était établi depuis longtemps. J’avais une complice. J’aurais fait irruption a la maison familiale comme un cheveux sur la soupe. Sortie de nulle part. Revenir seule, un peu comme j’étais parti en septembre dernier. Après mûres réflexions, je me suis rendu a l’évidence que mon plan n’était pas a toutes épreuves. Mes parents devenaient de plus anxieux et attendaient mon retour impatiemment. De ne pas savoir quand je rentrerais, je crois que c’était pire. Mon désir de leur faire une surprise n’était pas aussi fort que leur joie de savoir quand je reviendrais et surtout, de venir me chercher eux même a l’aéroport. De recevoir un petit mot par courriel disant : « J’étais assise dehors et un avion passait dans le beau ciel bleu. Je pensais à toi. Est ce que je peux savoir ta date de retour ? ». Ca m’a donné le GO que j’étais sur la bonne voie en partageant mon « secret ».
J’ai donc mis le pied en sol Montréalais mercredi le 22 juin en soirée. Presque en même temps que l’été ! Que ce fut drole de revoir du hublot MA ville, MA province, MON aéroport. J’ai vraiment l’impression de boucler la boucle. Est ce que j’en reviens changé ? Je  ne sais pas. Surement. Je n’ai pas encore assez de recul pour le dire. Maintenant quoi ? Je suis descendu rapido a Québec. Et depuis, je dors. Reprend du sommeil. Fait de l’exercise. Essaie de revoir tous les amis. Essaie aussi de faire une chose a la fois. Pas si évident.
Je me repose aussi de mon décalage horaire , pas si terrible, et me permet de “réatterir” en  terrain connu. Je n’ai pas mon appartement a Montréal avant quelques semaines de  toute facon. J’ai envie de revoir tout le monde. Tout de suite ! Je sais que je  ne pourrai le faire tous en même temps alors une journée a  la fois. Sachez  que j’ai tous très hâte de vous revoir…en vrai !  J’appréhende un peu les  mêmes questions : ton endroit préféré ? Ton coup de coeur ? Des potins ? 😉  Mon coup de coeur overall restera la Nouvelle-Zélande. All the way. Mon campervan sur le bord du  lac Pukaki, tout juste a coté du Tekapo lake…c’était priceless. Quand je vais fermer mes yeux et m’imaginer dans un endroit paradisiaque, c’est là que je vais  me voir. Mon endroit préféré en Asie maintenant….tellement dur a dire. Chacun des  pays m’a apporté quelque chose de différent. Si j’avais a devoir vraiment en  isoler un je dirais la Thailande. De part sa diversité. Le nord et le sud c’est  deux choses. Il y a tellement a faire. Tellement d’île. C’est magnifique même si  c’est touristique. C’est abordable. C’est bon au goût. C’est facile. Je pourrais vous faire  des top 3 a l’infini. Top 3 des villes, top 3 des montagnes, top 3 des plages,  top 3 des temples, top 3 des gens, top 3 de la nourriture…..ca ne finirrait plus.
J’ai des milliers de  photos a classer maintenant. J’ai pris tellement de retard au courant de  l’année. J’avais de bonnes intentions de le faire au fur a et mesure. J’ai préféré en profiter que  de rester devant mon ordi. Faut pas m’en vouloir.  Ca viendra ne vous en faite pas. Vous verrez le tout passer  ici et sur facebook. Stay  tuned! En passant ceux et celles qui désirent se désabonner de la newsletter maintenant que le grand périple est terminé, je ne vous en voudrai pas.  Allez en paix. Sachez tout de même que le blogue survivra a mon voyage. J’ai encore quelques articles a partager suite a mon année mais j’ai bien l’intention ensuite de modifier légèrement sa raison d’être mais de le conserver en ligne. Sentez vous bien a l’aise

J’ai chéris chaque  journée de cette année. Pas une journée ne s’est passé sans que je ne me  considère chanceuse d’y être. J’ai tenté d’en tirer le meilleur. Certains jours  j’ai réussi, certains non. Il s’est passé tellement de choses.  Rencontré  tellement de nouveaux amis de partout. Chaque dollar investis dans cette année a  vallu la peine. J’ai maintenant devant moi une belle page blanche. Un retour a  bâtir.   Je vous avouerai que je ne sais pas trop par quel bout  prendre tout ca. Une chose à la fois j’imagine. Le reste suivra. On peut pas  tout faire en même temps. S’il y a bien quelque chose que je retiens c’est bien  : Go with the flow. Je me sens un peu comme avant de partir….la machine est en  marche impossible de l’arrêter. Je partais. Et bien maintenant la machine est en  marche, impossible de l’arrêter, c’est l’heure du retour. Faut se  laisser  porter.
Je vous remercie de m’avoir suivi dans cette aventure. J’espère vous avoir  divertis un peu. Un merci tout spécial aux gens qui ont partagé ma route. Merci  d’avoir été de si parfait compagnon : patients, ouverts, aventuriers et prêt a  tout. Chacun de vous, vous vous êtes placé parfaitement dans mon planning et ce  fut génial ainsi. Vous m’avez tous apporté quelque chose de différent. Nous  avons partagé quelque chose d’unique ensemble et je vous en remercie  profondément. Je n’oublierai jamais. Et soyez prêt a ce que de temps en temps, je vous écrive ou vous appelle pour vous dire : « Te rappelles tu de…. ». Vous serez les seuls a pouvoir comprendre. Merci 1000 fois aussi a mes parents qui furent mes gestionnaires a  distance. Sans eux, cela aurait été tellement plus compliqué. Vous êtes ouvert a  la technologie ( skype entre autre) a grandement facilité nos communications  quotidiennes. Je sais que cela n’a pas été facile pour vous mais vous avez été  fort et bon. Je vous en remercie infiniment. Cela n’aurait pas été possible  sans vous. Je me sens comme aux Oscars a faire mes remerciements…. 😀 . Je serai brève sinon ca  pourrait s’éterniser longtemps. Merci à tous ceux qui ont touché mon rêve de  près ou de loin. Je n’oublierai jamais. Maintenant….allez hop cascade!
Publicités

Bilan Cambodge

Pour mes 21 jours passé en sol Cambodgien, le total dépensé ici s’élève a 686$ Can. Une moyenne d’environ 32-33$ par jour. Pas trop mal. Ayant voyager en grande partie seule, il est évident que d’avoir partagé la route a deux j’aurais abaissé davantage le budget consacré a ce pays. Et oui, il revient plus cher de voyager en solo ! On ne partage pas les frais d’hébergement, on ne partage pas les frais de transport ( tuktuk et autres), etc. J’ajoute a mon compteur 1491 km fait majoritairement en autobus excepté 100 km parcouru par bateau entre Battambang et Siem Reap. Mes coups de coeur ? Toujours bien difficile a répondre ! Je dirais Kampot, Battambang et Siem Reap ! Kampot pour le repos et la quiétude, Battambang pour le réel countryside que j’y ai vécu et Siem Reap pour l’imposante visite des temples d’Angkor Wat. Je retiendrai aussi les gens. Ils sont tellement gentils ! On ne peut faire abstraction de leur sordide histoire vécue il y a quelques années a peine et vraiment, rien ne transpire de ce traumatisme. Je les respecte et les admire. Ils vont de l’avant. Évidemment, sur les lieux touristiques on se fait hautement harcelé pour acheter toutes sortes de trucs (t-shirt, bracelet, massage, donation, foulard, livre, musique) mais en dehors de cela, le vrai peuple il est adorable. J’y ai mangé un met local que j’ai adoré, du Amok. Plat fait a base de lait de coco, de l’épice amok, de poulet ( ou poisson au gout)…hum ! Servi avec du riz, délicioso! J’ai aussi fait le plein de fruits. De crème glacé a la mangue aussi. J’ai donné des choses suite au retour de mes bagages mais j’ai surtout reçu beaucoup. D’humilité je dirais. J’y ai revu Isabel Dagenais, ce qui fut une rencontre fort agréable. J’ai rencontré mon ami Belge David avec qui j’ai eu beaucoup de plaisir. J’y ai vu de magnifique couchée de soleil. J’ai observé les particules toujours un peu en suspension dans l’air. Comme un brouillard permanent sur le pays. J’ai aussi roulé sur la terre rouge du pays. Rouge qui souvent finissait par se poser sur mon visage et exigeait un nettoyage en profondeur. Comme un fond de teint tenace (Véronik L’Heureux : comme une suite a l’Halloween 2009 si tu vois ce que je veux dire!).  J’y ai parcouru le countryside plus d’une fois et vraiment, c’est ce visage du Cambodge que j’ai préféré. Le coté vraie vie. C’est la ou j’irais directement la prochaine fois. Je me suis senti a l’aise a Phnom Penh. Compte tenu du temps que j’y ai passé pour mon histoire de bagage, pas surprenant. J’y avait mes habitudes. J’avais reçu des commentaires mitigés sur le Cambodge. Dans mon cas, je m’y suis beaucoup plu ! Ce retour en Asie après 3 mois en territoire “western” m’a fait du bien. La vie est simple, pas compliqué, peu onéreuse. Le pays possède une histoire fascinante. Je vous recommande fortement la lecture du livre “First they killed my father” si vous y venez. Vous le trouverez partout de toute façon. Écrite par une survivante du régime de Pol Pot, le livre concerne exclusivement l’histoire de sa famille et est raconté selon le point de vue d’une petite fille de 5 ans. Vraiment, un plus-value a votre connaissance de ce pays ! Troublant. J’ai quitter très très tôt Siem Reap le 28 février dernier en direction du Laos ! Autre pays a découvrir ! Une looongue journée de déplacement en vue ! Akoun thian ! (merci beaucoup en cambodgien)

Bilan Nouvelle-Zelande

Celui-ci sera court!

Distance parcouru : 6 129 km en incluant mon vol de Sydney a Christchurch mais en réalité, 4000 km terrestre fait 100% en campervan. Quelques coups de pagaies aussi évidemment mais a peine !

Budget total : 1 610$.
Ce qui revient pour 15 jours passe dans ce pays a un budget journalier de 107$. Tres respectable puisque juste la location du camion revenait a 44$ par jour, par personne. Nous avons pour le majeure partie ete a l’epicerie et cuisiner nos repas. Nous avons meme prefere le vinier a la bouteille, question d’economie ! 😉

Les transports ont représenter 69% de mon budget, la nourriture 16,4%, les accès, visites et packages d’activités 8,4%, l’hébergement 4,6% (quoique un certain pourcentage entre dans transport puisque nous dormions dans le campervan) et finalement, les autres dépenses un minime 1,6%.

Anyway, peu importe le budget que j’aurais pu y depenser, la Nouvelle-Zelande fut haut la main un coup de coeur! Cela serait difficile de vous le cacher. Pas de cachotterie ici.

Mes dernieres impressions du pays : c’etait colore de bleu clair, bleu turquoise, bleu laiteux. Vert fonce, vert jauni pour les montagnes. Les nuages blancs qui parsemaient ces magnifiques paysages. C’est vallonneux, montagneux, rarement plat. Ni platte. Et la mer. Tout autour. Tout le long. Nous nous sommes régalés de café, de fish and chip, de cereales-muesli, de vin et charcuteries, de fajitas, de burgers, de fromages, de pommes, de steaks et salades. J’ai trouver ici un sens de la nature hors du commun. Des grands espaces et du plein air. Air pur. Aussi pur que l’eau qui coule des montagnes. Une autonomie,une indépendance  et surtout une liberte qui goutait bon. Mes coups de coeur difficilement ordonnables  : Le Lac Tekapo et le Mont Cook, le Parc National d’Abel Tasman, Milford Sound, les routes extrêmement sinueuses et tous les paysages de fou que nous avons croises sur notre route, les moutons mignons comme pas possible. De dur choix.

J’ai découvert un pays superbe qui se passe de mots. Nous tentions de le décrire au dela des « Ca pas de bon sens », « Ben voyons donc » et « C’est complètement malade » journalier. Et cela est indescriptible. Ces deux semaines resteront un gros coup de coeur. A plusieurs niveaux. Tout fut parfait. La vie  sans stress, le bonheur en tout temps. Aucun soucis. Excepte les douches! 😉 Ce passage en Nouvelle-Zélande fut un baume sur mon coeur de voyageuse, une pause dont j’avais de besoin je crois en quelque sorte.

 

Comment voulez vous ne pas craquer quand vous ouvrez la porte du campervan et que vous voyez cela au petit matin ?

Je crois que Tourisme Nouvelle-Zelande devrait m’engager pour leur développement Nord-Américain, vous ne pensez pas ?