La solution au salé \ sucré ?

Des chips au chocolat!

Publicités

Idées de menu en camping

Plus que des hot  dogs!

Anne Desjardins, collaboration spéciale
Le Soleil (Gesca)

Je ne compte plus les délicieuses découvertes faites lors de nos voyages de camping familial : premier homard, première plie pêchée avec mon frère, premier renversé aux bleuets sauvages cueillis par mes soins, premier maïs sur le gril, premiers cornets de palourdes frites, premier ragoût du campeur. Sans parler des mémorables gibelottes que ma mère cuisait sur le réchaud au propane et qui sont sans doute à l’origine de ma passion pour les «repas dans un bol». La cuisine de camping peut être l’un de vos plus grands plaisirs de vacances; il suffit de faire de la planification des repas une des activités importantes de votre journée et d’y impliquer les enfants.

Nombreux défis à relever

Dans la plupart des cas, la cuisine en plein air comporte son lot de défis : eau courante limitée, pas d’électricité, espace de travail exigu, combustible rationné, réfrigération absente, présence d’animaux sauvages qui convoitent vos provisions, températures estivales élevées rendant la conservation des aliments problématique, humidité, etc. Il faut donc bien planifier pour éviter le gaspillage et les intoxications alimentaires, tout en s’assurant de séduire la marmaille.

Découvertes en famille

Tirez profit des ressources à votre portée pour intégrer une foule d’activités de plein air liées aux repas : selon leur âge, emmenez les enfants à la pêche, ramasser des mollusques, cueillir des fruits, visiter une ferme pour récolter des légumes frais, découvrir une boulangerie, une fromagerie ou une boutique gourmet, faire un feu de camp pour y cuire les aliments, leur apprendre à préparer des brochettes ou des papillotes sur le gril, concocter un pique-nique en famille ou des pizzas sur feu de bois, etc. Amusez-vous à faire des séances de remue-méninges pour la liste d’épicerie où chacun propose des idées de recettes faciles et faites-en une activité d’apprentissage et de découverte.

Courses à l’européenne

En camping, l’utilisation d’une glacière oblige à une planification serrée pour ne pas gaspiller d’aliments ni risquer la contamination bactérienne. Planifiez 48 heures à la fois. Manger moins de viande et plus de repas végétariens est une bonne manière de se simplifier la vie, tout comme la formule brunch. Au réveil, les enfants prennent une barre de céréales et un fruit avec un verre de lait (le uht longue conservation est très pratique, tout comme les breuvages de soya biologique). Vers 10h30, avant la plage, on sert de nourrissants sandwichs aux oeufs sur muffins anglais avec des tomates, du yogourt et un fruit ou des oeufs brouillés, ce qui vous emmènera jusque vers 15h, pour un goûter simple sur la plage qui vous évite de trimbaler des sandwichs à la viande et mayo ou une autre glacière (voir les suggestions).

De précieux aides au camping

Les conserves de légumineuses cuites et les vinaigrettes du commerce font d’excellentes salades-repas en un rien de temps, tandis que le beurre d’arachide permet de faire des sandwichs intéressants ou des sauces nutritives à ajouter à des nouilles cuites et à des légumes crus pour un autre repas végétarien rapide. C’est le moment de tirer parti des légumes précoupés en sacs, qui évitent la corvée de lavage. Miniconcombre libanais et petites carottes, sacs de chou et de carottes râpées font de bonnes salades et des soupes-repas très rapides (voir les suggestions).

Les oeufs sont d’autres précieux alliés qui se conservent très bien dans leur contenant d’origine et qui sont utiles pour faire des plats rapides. En brouillade avec des herbes fraîches et une boîte de maïs en grains, en omelette, en wraps, à la coque, en soupe aux goutelettes d’oeufs avec champignons tranchés, petites pâtes, oignons verts et bouillon de poulet, ils sont délicieux et riches en protéines. Si, en camping, le pain se conserve difficilement sans moisir et que les craquelins ont tendance à ramollir, certains substituts se révèlent intéressants : pain azim et pitas (24-48 heures), muffins anglais ou bagels (72?heures). Essayez les crêpes bretonnes prêtes à servir, que l’on trouve dans de nombreuses épiceries, en version salée ou sucrée. Garnies de poivrons, d’oignons, de champignons sautés auxquels on ajoute une protéine au choix et que l’on mêle avec une boîte de crème de champignons délayée avec un peu d’eau, elles sont délicieuses. En version sucrée, avec pêches ou fruits des champs et nutella, confiture ou crème à l’érable et crème fouettée, vous aurez un régal gourmand des grands jours en cinq minutes.

Même si on les place dans des contenants de plastique, la plupart des céréales à déjeuner amollissent. Optez pour le granola et le yogourt avec fruits. Essayez aussi le gruau rapide cuit dans du lait (soya ou vache) avec canneberges ou mangues séchées, pépites de chocolat, sucre d’érable râpé et noix, pour un déjeuner-brunch qui plaira même aux enfants capricieux. Enfin, certaines céréales cuisent rapidement et remplacent avantageusement le pain, comme le blé concassé (bulghur), qu’il suffit de faire tremper à couvert 30 minutes dans le double de son volume d’eau bouillante ou de bouillon ou le couscous. Ces deux céréales s’ajoutent aux salades et permettent de faire de délicieux pilafs avec des légumes sautés et un peu de viande ou de tofu.

Source : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/vivre-ici/alimentation/201007/16/01-4298987-plus-que-des-hot-dogs.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B51_488096_section_ECRAN1POS1