Bilan Laos

Sabai Dee !

Vous comprendrez aisément que j’ai fortement aimé le Laos! J’y aurais même resté plus longtemps si cela avait été possible. 3 semaines c’était bien pour l’essentiel de ce qu’il y avait a voir et a faire mais j’aurais aimé explorer davantage le centre du pays et surtout le Nord. Un autre tantôt. Ce pays est en train de changer mais reste toujours une belle découverte. Le petit plus ? C’est hyper économique d’y aller ! Pour mes 21 jours la bas, j’ai déboursé un beau total de 525$ soit une moyenne de 25$ par jour. On aime ca ! J’ai voyager a deux en grande partie je dois l’avouer, ce qui allège toujours le budget. J’ai beaucoup aimé le rythme de vie de ce pays, tellement smooth. Aucun stress, jamais. Ce qui devient parfois un peu stressant en tant que tel même, lors des pick up pour les autobus par exemple ! Ils arrivent avec 10,15, 20 minutes de retard. Pas grave. Ils finissent toujours par arriver! J’ai fait la rencontre de voyageurs vraiment exceptionnelles aussi. Linda la hollandaise avec qui j’ai voyagé pendant 2 semaines, Catherine, Michelle , Amélie et Clovis ( francais(e)s et Swisse), Patrick l’américain. Et Marie-Soleil québécoise que je reverrai sans faute a mon retour. J’ai d’ailleurs avec moi une de ses boucles d’oreilles oubliés dans le Nord du Pays. Eux et quelques autres nouveaux amis.

Le temps frisquet que nous avons eu dans le nord du Laos nous a permis de nous isoler, de discuter pendant des heures, souvent a la lueur des chandelles le soir puisque l’électricité coupe après 9h30, de nous couvrir sous les couettes en tout temps. C’était vraiment quelque chose. Or, pour être honnête, il faisait déjà extrêmement froid et humide mais j’avais eu la fantastique idée de laisser beaucoup de mes vêtements (surtout les chauds) a Luang Prabang puisque j’y repassais une semaine plus tard. Bra-vo. Une chance, les amis généreux m’ont fourni le nécessaire. Je n’avais que flip flip et shorts. Mais tout dut ok. Nous y étions si bien. J’ai beaucoup aimé les décors magnifiques qu’offrent chaque ville. La nourriture est correcte, sans plus, Un des mets principaux, le Laap, est un émincé de poulet avec herbes. Un peu sec tant qu’a moi. Nous y avons tout de même bien mangé. On trouve toujours quelques choses. J’ai bu du thé en masse, de la beerlao, et mangé beaucoup de curry. Vraiment, je vous le dit si vous en avez l’occasion, faites un petit détour. Surtout au Nord !

Publicités

SI

Si j’étais le Laos, je serais un pays magnifique.
Si j’étais le Laos, j’offrirais une multitude de diversité et de paysages a mes visiteurs. Le sud de mon pays serait tout en quiétude, zénitude, longitude. J’aurais un poste frontalier, un peu négligé, avec le Cambodge ou les passages et obtention de visa se ferait a cout de stamp et de frais cachés. J’entasserais les touristes dans un camion ou a toute allure, je leur ferais mangé de la poussière sous une chaleur accablante avant de les amener a destination. Dans une ville perdu, près du port, point de passage pour rejoindre les 4000 thousands island, sous un ciel noir nuit, je créerais une mésentente ou personne ne pourrait embarquer les pauvres touristes et ou, drolement le guide qui aurait amassé l’argent pour la traversée aurait disparu. Après plusieurs échanges corsés entre Laotien ou nulle mot ne pourrait être compris, les bateaux partiraient avec pour guide…ma propre lampe frontale.

Si j’étais le Laos, j’aurais en mon pays un endroit appelé Don Det, petite ile faisant parti des 4000 iles. Offrant la possibilité d’y installer mes visiteurs coté Sunset ou coté Sunrise. Petit bungalow. Vie simple. Repos. Lecture. Nourriture. Matin, Midi. Soir. Tout serait fermé a 10 pm. Electricité en soirée seulement. Aucune voiture. Hamac. Douche froide et coq au réveil. Gazoullis d’oiseaux. Partout. Tout le temps. J’y louerais des bicyclettes pour faire le tour de l’ile et aller visiter l’ile voisine, Don Kong. J’y aurais une magnifique chute avec un imposant débit, une espèce rare de dauphins Irrawady, des chemins de terres cabossées. Des enfants partout. Un rythme de vie d’une autre époque. Il serait possible d’y nager dans le Mékong, clair  et translucide en ce temps de l’année. Avec une température juste parfaite pour abaisser la chaleur du corps. Ou encore de s’échouer sur une ile, seule.

J’offrirais un bus de nuit vraiment de haute qualité pour rejoindre ma Capitale Ventiane. Double bed, petites gateries incluses. Ventiane : ville dont certains dirons “sans grand intéret….”. Je serais tout de même jolie, facilement accessible. Ville de passage. J’y aurais une réplique de l’Arc de Triomphe de Paris, des temples de toutes sortes, une rivière dont la promenade vient tout juste d’être refaite, un marché de nuit, du shopping. Ville parfaite pour un arrêt de 2 jours, coupant la route vers le Nord du pays. Capitale au teint blême.
Si j’étais le Laos, j’aurais des routes sineuses et montagneuses. A n’en plus finir. J’aurais une ville appelée Vang Vieng, passage obligé pour tous backpackers voyageant en Asie. Ville de party ou l’activité principale serait le tubing. Ceci consisterait a descendre la rivière bien installé dans une chambre a air et a faire des arrêts dans les nombreux bars installés sur le bord de l’eau. Toutes les raisons seraient bonnes pour fêter. Free cocktails pour lady, buy 2 bucket get 1 free. Saoulerie garantie. Or, j’offrirais surtout, au dela des épisodes de Friends diffusé partout en ville, un paysage environnement a couper le souffle. Des caps de montagnes vertigineuses, une rivière magnifique. Un tour de motorbike dans le countryside serait une belle facon de contrebalancer l’esprit fêtif de la ville. Pour votre plus grand bonheur.
Si j’était le Laos, j’aurais un peu plus au Nord de Vang Vieng, une magnifique petite ville appelé Luang Prabang, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Coquette, bordant la rivière, rempli de moines qui circulent au petit matin très tôt pour recevoir les offrandes faites par les locaux, des temples bouddhistes bien entretenus, un superbe marché de nuit, des massages à tous les coins de rues, de chutes vraiment superbes, de shakes délicieux et tout ce qu’on peut désirer pour être heureux. Meme des tours en éléphant ! Un endroit ou il serait facile de s’y barrer les pieds plus d’une semaine sans jamais avoir l’impression de s’essoufler. Agreable. Ou il fait bon s’y poser.
Si j’étais le Laos, encore plus au Nord, je laisserais venir les voyageurs désirant sortir des sentiers battus. Une première petite ville appelé Nong Khiaw ou la vie rurale serait vraiment…rurale. Tranquille. Imperturbable. Peu d’installations touristique. Quoique mon pays serait de plus en plus visité et que les guesthouses et restaurant se développeraient très rapidement. Nong Khiaw offrirait un tout autre beat. Niché aux creux des montagnes. Complétement dépaysant.
Mais pour une retraite complète, là ou le wifi ne se rend pas encore et ou pour s’y déplacer il faudrait faire 1 heure de bateau, sans aucune connection terrestre, j’aurais la ville de Muong Noi. Vraiment, vraiment beau petit village. Que des enfants et laotiens. Quelques guesthouse. Positionné au coeur des montagnes. Magnifique. La paix ultime. La réclusion totale. En ce temps de l’année, la saison des pluies serait légèrement devancée et la région serait un peu frisquette…mais parfaite pour ne rien y faire. Dormir, lire, manger et discuter. Sous la couette. Moment propice aux confidences. Prendre du recul. Refléchir. Le repos parfait.
Si j’étais le laos, j’aurais un langage si doux a l’oreille. Sabaï Dee voudrait dire bonjour. Kop Chaï Lai Lai, merci beaucoup.  Ca serait beau non ? J’aurais un alphabet si joli. Je garderais des zones de mon pays encore vierge. Le plus longtemps si possible. Je dirais surtout aux voyageurs de s’y garder du temps. Pour voyager mais surtout, pour vivre. Le rythme ici serait lent. Comme suspendu du réel. Lao Time comme on dirait entre nous. J’aurais gardé une authenticité encore si rare. Des gens gentils et respectueux. Souriants. Une nonchalance partagée par tous. Une joie de vivre. Des plaisirs simples.  Oui j’aurais des “happy shake, happy pizza” certes illégal (marijuane incluse) et tellement répandu. Comme une partie resté prise dans les années 70. Fou rire et paresse va.
J’aurais une délicieuse bière nationale, la Beerlao.
Je serais un tout petit pays. Peu peuplé. Seulement a peine plus de 6 millions d’habitants. Remplis de gens formidables et beaux. Beaux.
Je serais bordé par la Chine, le Vietnam, le Cambodge, la Thailande et la Birmanie. Complètement entouré de terre. Aucune mer environnante. J’aurais des montagnes a offrir mais aussi de magnifiques rivières, fleuves et le fameux Mékong. Je serais par contre encore un pays assez pauvre. Malgré mon tourisme grandissant. Économe pour le voyageur.
Si j’étais le Laos et que je devais avoir un nom de totem, je m’appelerais Pays paisible. Quoique pays serein, vrai ou authentique aurait pu etre aussi de mise.

Si j’étais le Laos, je serais  une belle découverte. Une perle de bonheur. Un diamant non-poli. Un territoire encore vierge a parcourir pour le touriste en manque de terres éloignées.

Si j’étais le Laos, j’essayerais de conserver mon caractère authentique le plus longtemps  possible. Je serais un secret encore (simili) bien gardé.
Si j’étais vous… j’irai le plus vite possible.

Ok

Vous êtes plusieurs a vous être inquiétez pour le séisme au Japon : tout va bien ! Simplement vous rassurez, je suis au Laos encore pour une grosse semaine et le Laos est un pays entouré de…terre! Donc pas de mer a l’horizon pour moi. Bonne chose !

Je suis déconnecté pas mal en ce moment, les accès internet étant vraiment rare. Le Laos n’est pas trop web 2.0 dans les guesthouses alors je vous reviendrez sous peu avec la suite !