Menoum menoum

Chose promis, chose dû. Je vous ai dit a quel point j’ai mangé, bien mangé, beaucoup mangé en Malaisie. J’ai pensé vous présentez en images de quoi cela consistait. Ca vous donnera une meilleure idée!

C’est parti!!

Comme je vous ai dit, c’était épicé pas a peu près ! Voici certains des mets épicé que nous avons mangé.

(Pas le piment et les limes, c’est simplement conceptuel ;))

Bon c’est parti pour vrai la !

Ce met s’appelle Laksa. J’ai goûter le tout a Malakka et c’était, malgré le coté épicé, délicieux ! En fait, je ne vous le dirai pas a chaque fois mais la plupart des plats étaient TOUS délicieux.

Crab Chili mangé avec Tom, Cindy et Marie-Pier a Singapour.

Le repas préparé par Rusli dans la jungle de Taman Negara. Muy spicy. Boeuf au curry.

Une soupe Tom Yam. Ayayaye ! Une chance, la serveuse m’avait dit qu’elle pouvait la faire no-spicy. Fiouf ! Après quelques occasions, j’ai arrêter de me fier aux serveurs. Pas un bon baromètre.

Alors parfois, nous avions besoin de nous rafraichir ! Belle pose. J’aurais pu travailler a « The Price is right ».

On sort des épices pour entrer dans le « touski » un peu.

Ca, ce fut une belle découverte! J’ai vu le tout dans l’assiette de ma voisine et j’étais curieuse d’essayer. C’est des fruits ( et parfois quelques légumes intégrés mais plus rarement) dans uene sauce sweet and sour saupoudré de noix. Dé-ment! Ca s’appelle un Rojak. Rojak en malais veut dire « mixture ».

Ca c’est des durians….et tu veux pas goûter. Ca pu c’est  terrible ! Eux ils en raffolent et le déclinent en plein de mets. Non merci. Next.
Du poisson. Partout. Frais. Tout le temps.

Et des bonnes fraises des montagnes de Cameron Highlands! Comme au Québec!

Un bon petit sauté thai !

Des satays. Tellement tout le temps bons! Au boeuf, au poulet et même au canard!

Ca c’était un autre excellent repas pris celui-ci a Perhentian island. Riz frit aux fruits de mer, queue de homard, poissons frais et fris, satay, cripsy cracker…..grosse assiette pour une grosse fille!

J’en avais tellement le goût !! Des dumplings ! Nous en avons mangé à quelques occasions. Dont dans un resto renommé pour cela  a Singapour ! D’ou fut tiré cette photo. Nous pouvions apercevoir les gens dans la cuisine rouler la pâte, les fourrer et voir l’ensemble du processus. Très cool!

Ma révélation de la deuxième moitié du voyage : des popiah roll! Une fine fine pâte un peu style crêpe ( dont le processus de fabrication est fascinant a voir) rempli de sauce chili, légumes émincés, peannuts et viandes variées. Similaire a des sushis. Les recettes changent énormément dépendant des pays qui en font mais surtout des restos ou on l’essai! Que c’était bon !

Nous avons aussi bu du thé dans un salon de thé a Kuala Lumpur. Nous avons l’air bien, heureuse, réjouit du bon goût du thé. ERREUR! C’était pas buvable ! Marie a laisser le sien comme vous le voyez sur la photo!

Procédé de fabrication de mini crêpes assez épaisses vendu en tant que sucrerie, dessert. Rempli de je-ne-sais-quoi ressemblant a des morceaux concassés de cassonade. Bien bon mais trop bourratif!

Biscuit aux ananas tel que précédemment cité dans mon article sur Malacca. Quoiqu’en petit format. Fort bon !

Lotus cookie. Sucré sucré ! Mais réconfortant ! 😉

Et ca faut absolument trouver une façon d’importer cela ! Ca s’appelle « Cendol » et c’est fait de lait de coco et petite glace concassé en micro morceaux. Badigeonner de sauce épaisse. Plus épaisse que du sirop d’érable mais pas autant que de la mélasse par contre. Sucré et frais juste a point, il y a des beans rouges dans le fond et comme des petits morceaux de feves vertes coupés en julienne. Je sais, ca peut sembler bizarre comme mix mais non, ce n’est pas pour les femmes enceintes, c’est aussi pour les gens normaux. Et ca goûte pas du tout en fait ! Sincèrement, si vous avez un jour l’occasion, malgré les variantes dans plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, GO! On l’essaie !

Voila donc! J’espère que ca vous aura mis l’eau a la bouche !

Avouez que vous avez tous peur que je revienne avec 20 livres en trop ! Niet ! Tout est sous contrôle, c’est déja perdu le petit over ! 🙂

 

 

Publicités

Fini la Malaisie – Bilan

C’est l’heure du bilan Malaisien !! Et oui a quelques heures de mon départ de la Malaisie pour l’Australie, c’est le moment de dire combien ca coûter, combien de distance j’ai parcouru et mes réflexions finales sur ce beau pays dont je n’aurai finalement vu que la péninsule. Faudra garder Bornéo de l’autre coté pour une prochaine fois ! C’est trop court un mois par pays pour bien voir, bien explorer, bien vivre.

Financièrement parlant, mon budget tout inclus pour le mois c’est-à-dire hébergement, nourriture, transport, les accès et visites et tous les « autres » totalisent …. 843$! Pour un total journalier de 31$. J’y suis resté moins d’un mois en excluant les jours passés a Singapour (voir ci-bas). Et cela inclus la plongée aussi qui n’était pas prévu mais qui fut une belle surprise. Expérience qui vallait pleinement l’investissement! Déduisez en ce que vous en voulez…mais la part nourriture et boisson représente le tiers de mon budget ! 🙂 J’vous avais dit que c’était bon ici ! A ma défense, sachez que l’alcool se vend cher ! J’ai exclu de ses totaux les petits cadeaux que je me me suis fait puisque ceci aurait fausser les résultats. Et dieu sait que je veux pas vous induire en erreur ! Non non!

(calculé selon le taux du jour  : 1 ringgits malaisien= 0,3246$ Can)

Parlant de Singapour, aussi bien vous présentez le total immédiatement. Pour 4 jours et demi sur place, le montant s’élève a 337$ soit donc un beau total de 75$ par jour. Pas mal plus cher comme pays ! Le taux de change Singapore/Canadien est de 1 SGD = 0,7784$ Can. Ici aussi j’ai exclu les gâteries personnels dont un fabuleux bracelet en argent … que j’ai remis a Marie-Pier pour le retour. Trop lourd, trop peur de le perdre et/ou de me le faire voler. J’ai déjà hâte de le retrouver au retour !

Tout confondu, mon mois s’élève a 1180$, ce qui fait une moyenne de près de 37$ par jour. Un peu plus que mon budget prévu par jour mais bon, j’ai pris le tout comme un entrainement pour l’Australie où là, je vais mettre la main dans mes poches!

Qu’ai-je parcouru en distance durant ce mois ? Allez….essayez vous. Non c’est pas ca. Plus. Un peu plus encore.

4 302 km!

Ceci inclus par contre le vol Ho Chi Minh / Kuala Lumpur ( 2 401 km). Excluant celui-ci disons : 1 901 km. Encore une fois la grande partie fut parcouru en autobus (62%). Le reste en mini-van 10 passagers et quelques mile nautiques dont je ne saurais vous donner l’exacte distance.

Au niveau d’un bilan plus personnel et moins rationnel, la Malaisie ne fut pas au départ un coup de coeur immédiat. Nous nous sommes apprivoisé mutuellement….avant de tomber en amour! Sérieusement, le départ fut lent mais la fin heureuse ! Je retiendrai surtout l’extrême gentillesse des gens. Partout, ils sont disponibles, ouverts, avenants. Sans arrières pensées. Juste pour vous donner un exemple plus concret, tel que mentionné, j’étais a Malacca dans les derniers jour dans un tout petit restaurant lorsqu’un monsieur d’un certain âge est entré. Nous nous sommes poliment salué. Je l’ai observé a quelques occasions puisque je trouvais vraiment qu’il avait un visage particulier, bouffi, grosse monture de lunette, nez plutôt rond. Trop gêner pour prendre une photo évidemment mais ca aurait été génial. Or, au moment de quitter, nous nous sommes levé simultanément pour payer et partir. Et bien, il a payé ma facture !! J’ai demandé pourquoi tout en le remerciant plusieurs fois. Quand même! C’était l’organisateur de la « Jonker Walk »,  sorte de Grande Allée touristique a Malacca et tout ce qu’il m’a dit c’est :  « Welcome to Malacca » et il est parti. J’en revenais pas! Ca illuste bien ce que je veux dire. Je  le cite lui mais je pense aussi a tous ces gens qui nous ont gentiment aidé au cours du mois. Vraiment un peuple agréable a cotoyer.

Je ne saurais mettre de coté le mix de culture que nous retrouvons ici en Malaisie. J’ai été vraiment impressionné de constater comment les indiens, les chinois et les malais viennent en pleine harmonie, l’un à coté de l’autre. En faisait harmonieusement cohabiter leur culture, leur langue, leur religion.  Ultra riche et intéressant ce beau melting pot.

De plus :

– C’est le pays de l’alternance air-clim / non-air clim mais BIG TIME. Tu sues comme pas possible sur la rue et juste en longeant les boutiques, tu peux te rafraîchir aisément. Tu marches sur la rue et ne te peux plus de la chaleur ? Mais entre dans le métro mon ami. Tout sera réglé!

– Ce fut mon premier contact avec un pays où la conduite se passe a droite. Un peu perdue la première fois que j’ai pris l’autobus…on entre de l’autre coté ! La circulation aussi sur les routes est en sens inverse. Ici aussi, belle préparation pour la conduite en Australie!

– Ils sont tous très bons en anglais. Vraiment, ils nous comprennent bien et vice-versa. Facilite grandement les besoins et demandes quotidiens.

– Je retiendrai évidemment la nourriture. D’ailleurs, je vous reviendrai dans un article sous peu la dessus. Vraiment une diversité…..épicé ! Ayayaye…je ne suis pas quelqu’un qui mange très épicé dans la vie. Je suis capable d’en manger….mais si on me donne le choix, je vais le prendre « no spicy ». Ici je n’ai pas eu le choix parfois, le feu a presque pris dans ma bouche !! Tout de même très bon ! 🙂

Coup de coeur de ce mois :

– Les iles Perhentian et Tioman, de toutes beautés ! Relaxantes a souhait. De petits paradis. Nous avons ete chanceuses malgre la fin de saison proche. Certainement plus tranquilles en tout cas.

– Taman Negara pour la jungle et ce qu’elle a offrir et notre guide Rusli qui nous a transmis beaucoup plus que sa passion pour son coin de pays.

– La plongée. Du moins l’essai de plongée dans mon cas! Inoubliable. D’ailleurs, petite anectode. Hier soir a Kuala Lumpur je suis sortie manger un petit quelque chose vers 21h, tout en restant autour de mon guesthouse. En marchant bonnement, j’ai entendu un clair « NANCY »….c’était Tash mon dive master de Tioman! Quel hasard ! Et quel joie de le revoir ! On était du, même coin de rue, même jour, même heure (pas même pomme pour les adeptes de Patrick Bruel). On est allé mangé ensemble!

– J’ai souvent dit que je ne me sentais pas « prête » en tant que voyageuse a aller en Inde. La Malaisie m’a donné une immersion partielle et parfaite pour amadouer ce pays que je foulerai un jour.

– L’extrême propreté. A Singapour mais ici aussi en Malaisie, tu trouves des lavabos pour pouvoir te laver les mains carrément partout. Il faut savoir qu’ils mangent avec leurs mains eux aussi. Ca s’explique!

– L’apprentissage de leur langue fût plutot difficile. » Terima Kasih » veut dire merci !

– J’ai adoré la visite des musées que nous avons choisis de faire. Le musée des arts islamiques a Kuala Lumpur et le musée des civilisations asiatiques pour moi a Singapour. Un bel ajout a ma culture personnelle. J’y ai appris beaucoup et c’était parfait dans le cadre de ce voyage.

– La multitide de temples et mosquées indous et chinois que j’ai visité. Tellement joli et intriguant a la fois.

– Les Petronas Towers a Kuala Lumpur. Si impossantes!

– La jolie petite rue Haji Lane a Singapour!

– Le choix que nous avons fait entre les villes, les plages, la jungle, les snorkelling, le trekking, la plongée. Ce fut un mois bien rempli!

– Le jus de lychee….a profusion! Apres avoir une « Ice Lemon tea girl » pas mal….j’ai change!

Ce fut un mois bien rempli. Concentree sur la peninsule. Borneo (l’autre ile) sera pour un autre voyage !  Je quitte Kuala Lumpur dans quelques heures ou je suis revenu boucler la boucle de ce mois. C’est ici que j’etais arrive, c’est d’ici que je repars. Toujours un peu reconfortant de revenir dans un endroit connu. Plus besoin de carte. A l’aise de connaitre les rues, les restos, les quartiers. Aller c’est le temps d’aller explorer plus loin ! Et c’est en Australie ou j’ai tellement rever d’aller depuis si longtemps que je me dirige!

(Trame sonore de l’emission Skipppy en tete)

Dernier arrêt : Malacca

Suite au départ de Marie-Pier, je suis resté une journée de plus a Singapour. J’ai visité le musée des civilisations asiatiques de même que la plus grande rue de shopping a Singapour, Bugis Street. Et pour mon dernier soir, nous avons fait un petit 5 a 7 chez Tom et sommes allé prendre un verre en ville sur le toit d’un hôtel avant de terminer la soirée au Lao Pa Sat, grand food court en plein air, situé tout juste au dessous d’un dôme victorien en fer forgé. Délicioso!

Reprenant le chemin seule pour quelques temps, j’ai décidé d’aller v0ir plus loin, plus précisément a Malacca ce qu’il pouvait bien y avoir de beau a y voir. Malacca est une petite ville située sur la cote sud-ouest de la péninsule, a presque égale distance entre Singapour (4hrs) et Kuala Lumpur ( 2hrs). Elle fut fondée au 14ieme siècle par un prince indou, tomba sous protection chinoise au 15ieme siècle pour ensuite passer aux mains des portugais, des dutch vers les années 1640 et finalement…ce sont les britanniques qui en héritèrent en 1795. Beau mix de culture comme on dit ! C’est une petite ville bien conservée, offrant galeries d’art, gastronomie, bars, attractions touristiques et possédant surtout une histoire fascinante. Plutot calme, parfait pour moi. Exactement que dont j’avais envie.

J’ai passé une bonne partie de la semaine là, juste avant de revenir a Kuala Lumpur d’où je vous écris en ce moment, en attente de mon vol de demain pour l’Australie. Je m’y suis déniché ( a Malacca) un hostel tout neuf, vraiment bien situé , pas cher (5$ la nuit) et dont le proprio super jeune était vraiment gentil. Le Sayang, Sayang situé sur Kampong Hulu. Facile a trouver !

La ville se marche vraiment bien alors je me suis fait des mollets pendant ces quelques journées. J’ai aussi beaucoup joué au kid kodak. J’ai adoré cette mignonne ville, colorée et simpliste. Cela a éveillé ma curiosité a visiter le Portugal du moins!

Vous remarquerez sur certaines photos que dans la vieille ville, les murs et bâtiments sont peints en rouge. La légende veut que les britanniques, quand ils ont pris possession de la ville, ont tout peinturé de rouge puisque suite a une tempête tropicale dont la pluie avait taché les murs blancs, ils ont décidé de peindre en rouge question de sauver de futur coût de maintenance!

Plutôt de vous décrire ce que c’était, j’ai envie ici de vous montrer des photos, question que vous puissiez voir par vous même de quoi cela avait l’air. Manon!

Eglise et trishaw, véhicule servant a faire faire une visite guidée aux touristes. Parfois poussant de la grosse musique. Non je n’ai pas flanché!

 

Non mais c’est beau ! 

La Porta de Santiago, constuite en 1511 et seul vestige restant de la fortesse portuguaise suite a la prise de possesion par les Dutch. 

Il a toute une bette lui !

 

Les Malaisiens en général sont fou de records mais ici a Malacca, ils sont super fières d’avoir fait la plus grosse tarte aux ananas ever. J’ai goûté. Pas celle-évidemment mais un modèle réduit. Délicieux ! Mais ne pas avoir su que c’était aux ananas, je n’aurais honnêtement jamais deviné!

Ca c’est juste que ca me fait rire. Je pensais que c’était mort et enterré moi les sandales accu-massages. Semble bien que non! Douleur 2.0. 

La vue de jour et de soir de l’arrière de mon guesthouse. Tellement beau. Il y avait un petit banc où je suis resté un bon moment.

Malacca fût nommé ville du patrimoine mondial de l’Unesco…a Quebec ! Dans ma ville! En 2008. J’aime!

On plonge !

Après une autre belle journée de transport dans le corps ( comprendre 3 autobus pour traverser presque la moitie du pays) et un overnight rapide dans la ville de Mersing pour pouvoir y prendre notre bateau le lendemain matin pour l’île, nous avons finalement déposé nos sacs dans un petit bungalow sur l’ile Tioman en Malaisie. Cette dernière est situé du côté Sud-OuEst de la péninsule Malaisienne. Nous avons choisis le débarcadère de Salang, au nord de l’Ile Tioman.  Le dernier arrêt possible. J’ai l’air de ne pas aimer les journées de déplacements mais ce n’est pas vrai. Oui cela nous fait perdre du temps, surtout pour Marie-Pier en vacances, mais personnellement je n’hais pas ces journées de transition. Ca permet de réfléchir, regarder dehors pendant des heures. Prendre un peu de recul  entre 2 endroits. Comme un tampon remettant les compteur a zéro pour pouvoir s’imprégner de la prochaine destination.

Le premier contact avec Tioman fut fort agréable. Jolie baie, eau transparente, un peu plus rocailleuse que Perhentian, hôtel dans la montagne. petit resto. Bon feeling. Or, la première chose que nous avions en tête et ce, depuis quelques jours : FAIRE NOTRE LAVAGE!  L’humidité de la jungle, la chaleur, la sueur de nos efforts et dans mon cas un oublie de banane et pomme dans mon grand sac a dos ( yark!) on fait qu’une bonne batch de lavage était dû! Aération 101 de tout ce que nous avions. 2,5 kilo de puanteur. Vivement une nouvelle garde-robe propre. Et j’ai eu le meilleur retour sur investissement de mon voyage avec 5Rm ( environ 1,70$ CAN) quand j’ai aussi fait laver mon petit sac a dos de jour. Celui que j’utilise constamment depuis le depart. Oui oui, celui qui est colle sur mon dos, mes epaules et tout pres de mes aisselles en permanence. Il était du celui-la ! Il m’est revenu tout beau pour la suite des aventures!

Une fois cela fait, nous avons pu passer aux choses sérieuses : la bière!! L’ile n’a pas les mêmes restrictions de taxes et législations sur l’alcool que le reste de la Malaisie alors nous nous sommes fait des petits 5 a 7 avec nos Tsing Tao (bière chinoise) pas cher pas cher. Enfin un peu de bière a prix régulier! Nous en avons profite!

Tioman fut une bulle parfait de belles rencontres, de party et d’activités nautiques. Nous avons passer (presque) toutes nos journees/soiree la bas en compagnies des gens qui travaillent au dive shop ou Marie-Pier a fait de la plongee la deuxieme journee ou nous y etions. Notre bungalow etait situe derriere le dive shop alors matin et soir, nous y passions. Ces gens furent ultra acceuillant et genereux avec nous, a plusieurs niveaux. Ils nous ont ouvert leur table et leurs bouteilles de boisson mais au dela de ca, ils nous ont permis de poser pleins de questions sur leur vie la-bas, sur la Malaisie. Ils nous ont repondu avec une patience remarquable. Je pense ici surtout a Tash, un des dive master. Il prenait toujours le temps de bien nous répondre, de bien nous expliquer. Veux, veux pas, ces gens en rencontre vraiment beaucoup des touristes durant la saison estivale et jamais nous ne nous sommes senti comme (d’autres) touristes. Surtout en fin de saison comme nous le sommes. Ils nous ont accueillis parmi eux comme si nous y resterions, nous ont invite a leur party de fin de saison ( que nous allions manquer puisque parmi vers d’autres cieux) et vraiment, vous ai-je dit que nous avons passer du bon temps avec eux?!? Ils viennent d’un peu partout. Malaysie, Borneo, Australie. Certaines autres personnes gravitaient autour aussi soit en vacances, soit en train de passer leur cours de plongee. Les Seychelles, la Finlande, la Suede. Nous du Canada. Belle table! Pleins de nouveaux courriels en poche.

A force d’être avec eux, de voir Marie-Pier tripper sur la plongée, d’en parler, d’y penser, de me faire convaincre de le faire, j’avais l’opportunité d’essayer avec eux ! Un « discovery scuba diving » juste pour moi! Au début début, ca ne me disait rien. J’étais curieuse mais sans plus. Apres deux jours la bas et un soir plus arrose en leur compagnie ou tous essayaient de me convaincre, je me suis dit « Why not coconut »! J’allais passer par dessus mes craintes.

Je me suis leve ce matin la avec je dois l’avouer une petite boule au ventre. Ce qui est normal je crois dans les circonstances. Le depart pour la journee fut quelque peu retarde puisque le temps etait gris, pluvieux et venteux. Nous nous sommes installe au dive shop ( notre deuxieme maison maintenant) et avons attendu. Le go fut donner juste avant midi et apres nous etre prepare (palme, masque, wetsuit, bonbommes, ceintures avec l’equipement et tout) hop, on est parti dans le bateau engraisse de ce lourd habit.

Je ne savais pas trop a quoi m’attendre comme feeling au depart. C’est quand même quelque chose de completement nouveau pour moi. Tout de meme étrange de penser que tu vas respirer sous l’eau. Comme pas naturel. Mon discovery comprenait des exercises a approvoiser ( 3x) et ensuite une dive avec la gang. Nous etions environ une dizaine. 3 personnes etaient deja certifiées ( comme Marie-Pier entre autre) et a part moi, les autres passent leur certification cette journee la. Nous avons affronte la houle et somme parti au large. Eux ont fait une premiere plongee pendant que moi, je suis reste sur le boat. Apres leur retour, j’ai pu descendre a quelques metres de profondeur avec le dive master pour mon apprentissage. C’est vraiment particulier deja en partant de mettre tout cet equipement sur soit, de s’assoir sur le bord du bateau, de tenir ton masque et ta ceinture et hop, de se laisser tomber par derrière dans l’eau ! Comme dans les films!  En plus le spot ou moi je devais me pratiquer etait vraiment mais vraiment rempli de jelly fish.Des nuages de jellyfish et je n’exagère pas! Vous confirmerez avec Mp! On a trouve une ouverture pour descendre. J’ai fait abstraction. J’avais deja pas mal d’autres choses sur lesquels focuser.

Je suis reste sous l’eau environ 25 min pour cette premiere fois ou tout a bien été. J’ai réussi tous les exercices …sauf un! Le premier exercice c’est de retirer ton appareil buccal dont j’ai déjà oublie le vrai nom ( Marie…c’est quoi donc le vrai terme ?)  et de le remettre en place tout en éliminant l’eau pouvant s’être infiltre dans ta bouche. Tu l’élimines en faisait des petites bulles avec ta bouche et en expulsant fort l’air que tu as garde dans tes poumons. Check ! Deuxième exercice, même chose tu perd ton appareil buccal et dois le remettre en place mais en utilisant le bouton pressoir situe au bout de ton appareil. Un petit coup et l’eau s’expulse par elle-meme. Check ! Troisième exercice, remplir ton masque d’eau. Masque que tu dois ensuite vider. La, ca se corse un peu. La technique veut que lorsque l’eau est entre, tu tiennes le centre de ton masque entre les deux yeux, tu penches la tete legerement vers l’arriere et tu expulses ton air mais par le nez. Ainsi, l’air fait sortir l’eau et vide le tout. Bien belle technique. Ca super bien ete avec le masque rempli d’un ti-peu d’eau. Ca bien ete avec le masque rempli a moitie d’eau. Et ca pas bien été avec le masque rempli au complet d’eau. En fait, j’ai comme pas ete capable de remplir mon masque au complet d’eau. Blocage. C’est comme si dans ma tete, si je ne voyais plus rien….je n’allais plus respirer. Bon, ca peut-etre l’air un peu niaiseux de meme mais je voulais bien faire et faire vite ( les autres etaient sur le bateau ). Je voulais être autonome et indépendante trop vite. Je pense que je me suis mise une petite pression personnelle non nécessaire ici puisque Marie m’a dit ensuite qu’ils ne m’attendaient pas. Ils doivent rester un certain nombre de temps a la surface de l’eau entre deux plongées. Mais moi, je pensais qu’ils m’attendaient. Toujours est-il que le masque plein, ca pas trop fonctionne mais mon dive master n’a pas semble s’en formaliser. Considérant que j’étais capable de le vider avec un peu d’eau dedans, je pense que c’etais cela l’important. On est parti les deux explorer un peu les fonds marins. Wow ! C’est tellement impressionnant cette vie sous-marine ! Les couleurs, les coraux, les poissons! Complètement fou ! Tu ne sais plus ou donner de la tete! Je tentais de me concentrer sur ma respiration tout en profitant du paysage! Ultra sollicite la fille! Ca bien ete et ma premiere expérience etait reussie ! Ye!! Vraiment c’est quelque chose la plongée! Je n’aurais jamais penser! J’étais curieuse de l’essayer et je suis vraiment contente de l’avoir fait ! En après-midi, j’ai meme pu plongée avec les amis! Au plus creux, je me suis rendu a 15m de profondeur. Tu dois vraiment equilibrer tes oreilles régulièrement. C’est super important. Ce que je n’ai pas fait autant que j’aurais du. J’ai fini par avoir un peu mal aux oreilles mais j’ai quand même pu nager avec eux pendant un moment et voir tout pleins de chose. Même des petits Nemo ! Les gars en ont mis dans leur masque….euh non merci pour moi !

Ah oui, pour les plus techniques parmi vous, je n’ai pas eu a gerer mon équipement. Pression, inflate, deflate. Mon dive master s’est occupe de tout cela. J’en avait bien assez avec moi-même mais quand tu termines ton cours de plongee, tu es autonome de ton équipement et de tes deplacements. Ce qui complète davantage l’experience. Une prochaine fois peut-etre!

Il m’est un peu arrive ce que j’avais expérimenter aussi quand j’ai saute en parachute. On dirait que dans ces moments de sport extreme, mon cerveau s’en tient au rationnel. La, mon cerveau réalisait parfois que j’etais a X mètres sous l’eau et que je respirais, ce qui n’est pas « normal » alors j’avais une petite montée de stress. En parachute aussi mon cerveau refusait d’admettre que j’allais me jeter en bas d’un avion. Ce qui fait monter la pression en moi et me gruge du jus. Ici aussi ca c’est quelque peu reproduit. Differrement mais bon, je crois y deceler un pattern. J’etais sous l’eau, tout allais bien. Et on dirait que apres 20 min « oh! » mon cerveau avait une montee d’adrenaline disant « Hey hey chochotte…pas normal tout ca! ». C’est rien de grave docteur ? En fait, avec le recul, je pense que c’est juste normal  pour moi quand je sors disons d’une zone de confort, de réagir ainsi. Mais je suis surtout super fière de l’avoir surmonter et de l’avoir fait! Vraiment, je ne regrette rien ! Ce fut une expérience extraordinaire et d’avoir pu le faire avec Marie ( regarder nous ici mains dans la mains sous l’eau, non mais c’est cute !) fut génial! Je ne sais pas si j’ai assez eu la piqure pour prendre mes cours, je vais me laisser le temps d’y penser au courant de l’annee. Je serai dans pleins de pays ou la plongee est semble t’il merveilleuse et les cours accessibles. Mais j’ai assurément une forte curiosite a y retourner! C’est completement un autre monde en soit.  Il n’y a pas juste la matrice qui a son monde parallèle !

AVANT

PENDANT

APRES

Sinon le reste du temps ici fut fait de plage, de lecture, de bouffe et de repos. Parfois du aux soirées de la vieille ! Nous avons pu apercevoir des animaux autour de nous, déjà même juste devant notre bungalow ou des gentils singes venaient nous divertir a l’occasion. Parenthèse ici : nous (en fait plus JE que nous mais j’inclus MP pour pas être toute seule) étions mystifie par les queues des chats. Il faut savoir que les chats ici ont parfois des queues normales, parfois des petites queues en tire-bouchons…et parfois pas de queues pentoute !! Je n’arrivais pas a m’expliquer pourquoi ! Réponse vraiment simple, semble-t-il que c’est une question de gène tout simplement. Faut pas chercher plus loin. Hey bien. Merci Watson.

Nous avons aussi découvert un tres bon resto de BBQ (Putaka) ou tu choisis ton poisson frais du jour et ils te le cuisent sur le bbq avec des légumes en accompagnements. Que tu as aussi choisis. Ca fait du bien des bons gros légumes qu’on dirait sorti directement du jardin. On a tellement aime qu’on y est aller 2 soirs! Vraiment délicieux! Et non, je vous jure que nous n’y sommes pas retourner pour le jeu de carte qu’ils te prêtent en attendant ton assiette ou pour les films qu’ils diffusent en plein air le soir! Sympathique petit endroit.

Nous avons vraiment passer ici du bon temps ! Trop peu de jour pour autant de plaisir. Certains amis quittaient l’ile en meme temps et sur le meme bateau que Mp et moi. Certains restaient encore un peu pour la fin de saison et sont même venu nous saluer pour notre depart.

(Tash le dive master avec qui j’ai plongee et Marie-Pier)

Bye bye Tioman ! Ils ont essayer de me faire promettre que je reviendrai l’été prochain. Je n’ai pu le faire…. même si c’est pas l’envie qui manque!

Welcome to the jungle!

Nous avons quitté les iles Perhentian un peu malgré nous, il fallait bien reprendre la route. Et ce fut le cas de le dire, nous avons eu une entiere journée de déplacement entassé dans un mini-van pour nous rendre dans le centre de la Péninsule, plus exactement a Kuala Tahan, ville d’entrée pour le parc Taman Negara. Fatiguée de notre route mais bien heureuse de pouvoir enfin s’aventurer dans la jungle ! Ni une ni deux, nous avons réservé notre trekking en arrivant et nous devions etre jumelé avec 2 autres personnes.

Pour vous donner un peu d’informations sur Taman Nagara, sachez que ce Parc National couvre une superficie de 4 343 km carré. C’est le « poumon vert » de la Malaisie, remplis d’insectes, d’animaux, d’arbre et de rivières. La faune et la flore sont tout simplement magnifiques et imposants. Tu ne peux qu’abdiquer et l’a respecter. Il est possible de faire des treks d’une heure ou de plusieurs jours. Les plus sportifs peuvent se lancer dans la grande aventure de 7 jours de trekking. Nous nous sommes content d’un trek de 2 jours et une nuit. Suffisant pour nous pour « vivre » le parc.
Nous nous sommes levé, bien motivée, toute fine prête, et sommes parti avec nos petits sac a dos rempli du nécessaire afin de pouvoir vivre en autonomie pour 2 jours. A la grosseur qu’a le mien, je m’en suis tenu a l’essentiel. Une paire de sous-vêtement, un kit de verre de contact, un chandail en extra et un déo. Nous allions devoir transporter nous-même notre nourriture, matelas et sac de couchage alors je devais laisser un peu de place pour tout cela. Arrivée au départ = mauvaise nouvelle : les 2 autres personnes avec qui nous devions faire le trek avait annulé! Ca changeait tout. On ne pouvait plus faire le même trekking que ce qui était prévu. Du moins pas au même prix que nous avions payé. Répartir le cout du guide et du bateau (le retour le deuxieme jour se faisait en bateau) ne pouvait être absordé que par nous deux. Plan B : on nous propose une autre randonnée de 11km et plutot que de dormir dans une grotte comme prévu, nous allions dormir dans une cabane perchée haut dans les airs, une bumbun. C’est fantastique comment la vie fait bien les choses puisque au bout du compte, ce changement de plan fut surement la meilleure chose qui aurait pu nous arriver. Nous avons eu (dernière minute) un guide extraordinaire ( Rusli) ayant 14 ans d’expérience ( nous partions en confiance); nous avons pu l’avoir pour nous seule puisque nous n’étions que deux; dormir dans une bumbun en toute intimité fut drolement plus enrichissant que de dormir dans une grotte ou nous n’aurions rien vu; nous pouvions élaborer le tout a notre rythme. Vraiment, ce fut un mal pour un bien!  Normalement, cette bumbun peut héberger 12 personnes et nous y étions que nous 3. C’est dire a quel point nous avons pu être réellement silencieux durant cette nuit et nous concentrer sur les bruits environnants. J’y reviendrai plus tard.
La premiere journée de notre trekking fut entièrement de la marche. Nous devions parcourir 11 km en 6 heures. Les sentiers étaient vraiment bien aménageés alors excepté l’extreme humidité a supporter, ce fut vraiment agréable. Rusli nous expliquait pleins de chose sur les animaux qu’on entendait, qu’on voyait, nous donnait également des informations sur certains arbres, sur la forêt en général. Vraiment, il fût une mine d’informations formidables et nous avons eu un cours d’écologue 101 en accélérer. Rien de mieux !


Tel que mentionné, ces bumbuns sont des caches situés dans des endroits stratégiques du parc tout près du lieu où les animaux viennent se nourrir et s’abreuver. C’est rudimentaire mais vraiment rudimentaire. Hotel d’une demie-étoile a peine. Cela ressemble un peu en fait a des cabanes pour la chasse. J’ai d’ailleurs souvent pensé a mon père une fois la haut, lorsqu’il va a la chasse. Il faut rester silencieux, ne pas bouger, assis sur ton petit banc dur en bois. Seulement écouter et observer. Pendant des heures ! Pas mal plus facile a dire qu’a faire. Je prenais le tout comme un exercise zen. Malheureusement pour nous, malgré toute notre bonne volonté, nous n’avons pas vu d’animaux cette nuit la. Excepté quelques lucioles phosphorécentes, aucune bête digne d’intérêt ne s’est pointer le bout du nez. Nous avons entendu beaucoup mais beaucoup d’animaux : des crapeaux, des singes, des criquets, des oiseaux et tellement d’autres qu’il est difficile de tous vous les décrire ici. C’était du vrai 360 surround! Hallucinant ! J’ai fait un vidéo pour essayer de capturer le bruit tellement c’était difficilement explicable. Je suis contente d’avoir partager l’expérience avec Marie-Pier. Nous pourrons nous en reparler ensemble plus tard et pouvoir dire « ayoye c’était fou hein! ». Les bruits de la foret sont vraiment une expérience en soi. Une belle symphonie toute naturelle.
Nous avons souper avec cette trame sonore en background, a la lueur des chandelles et sous les bons soins de Rusli.
Le Parc abrite des éléphants, des tigres, des panthères, des rhinocéros mais également de petits animaux, écureuils, serpents, singes, oiseaux et…sangsues! Nous avions lu qu’il y en avait beaucoup et qu’elles étaient inévitables. Au fond de moi, je souhaitais secretement que nous n’en croisions aucune. Après tout, il n’avait pas beaucoup plu dans les derniers jours. Oubliez ca. Elles sont inévitables. Je confirme. Et tellement rapides ! Même en restant aux aguets, tu ne les vois pas passer. Les premieres qui rentrent dans tes souliers, tu ne trippent pas beaucoup. Merci a Rusli de nous les avoir toutes enlevées! Mais après quelques une, tu deviens moins nerveuse. Ca fait parti de la game comme on dit ! Marie-Pier et moi avons même fait un concours! Que j’ai remporté apres une lutte serré dans les derniers instants. 11 sangsues contres 10. Pas de grand trophée malheureusement. Seulement 3 petites morsures. Chanceuse malgré tout !

Taman Negara est un parc historique datant de millions d’années. En fait c’est la plus vieille jungle au monde. Aucune catastrophes naturelles ne s’est jamais abattues sur celle-ci, pas d’éruptions volcaniques, complètement épargné par tout bouleversements environnementaux et écologiques. Quelle chance! Bien sur, le parc vit aujourd’hui des défis bien actuels : l’accroissement important de visiteurs (dont nous faisons parti)! Les grands animaux qui couvraient l’ensemble du parc sont maintenant plus discrets et restent bien souvent cachés et invisibles pour les visiteurs. Le contre-poids c’est que l’affluence des visiteurs permet évidemment des retombées financières importantes pour le parc et pour la Malaisie en tant que tel. C’est un attrait touristique important du pays. Le débat est ouvert a savoir comment gérer le fragile équilibre entre la protection du parc tout en répondant a l’intérêt grandissants des touristes.

Le parc abrite aussi des Bateks communément appelé des Orangs Asli, peuple d’aborigenes de la Malaisie. Ils sont environ 15-20 tribus totalisant plus de 300 personnes qui vivent dans la jungle, en nomade, se déplacant constamment. Chasse, pêche et ceuillette assurent leur survie. Nous avons pu visiter un village la deuxieme journée. La visite était intéressante. Mais nous y sommes acceuillis en touriste, c’est normal et nous le sentons très bien. J’ai pu essayer un de leur outil de chasse traditionnel, le bowpipe! Fleches inséré dans un long tube, tu dois souffler fort et être très précis pour viser dans le mile! A l’oeuvre, voici ce que ca donne : 
Ils sont curieux de nous voir mais n’ont aucune envie de vraiment entrer en contact avec nous. Sauf une madame dans mon cas avec qui j’ai pu prendre une photo. Elle était légerement plus souriante que les autres. Elle travaillait un morceau de bois avec son canif pour faire un peigne a cheveux. Elle me fait bien rire cette photo, je trouve que j’ai l’air d’une missionnaire en voyage humanitaire en Afrique. Assis dans la cabane, les mains jointes et tout. 🙂

Nous avons aussi été au Canopy Walkway, une passerelle suspendue installé entre les arbres ayant une hauteur maximum de 45 metres. Belle épreuve  pour moi et mon vertige a nouveau! J’ai fait cela comme une championne, en gardant le focus bien en avant. Je ne me suis pas trop risqué a regarder en bas, seulement a 2 occasions et c’était très bien ainsi. Je suis contente de l’avoir fait, c’était cool! Photo a l’appui!
Voilà un peu de ce qui conclu notre aventure de 2 jours au parc de Taman Negara. J’ai tenté de vous résumer le plus possible le contenu de ces fantastiques journées. Nous avons adoré l’expérience!  Or, après autant d’efforts, de chaleur et d’humidité, nous méritons bien un peu de repos de nos vacances ! 🙂 Direction Tioman Island pour faire de la beach !

De la montagne à la mer

De retour a une connection internet, voici une petite mise jour de ce que notre quotidien fut dans la dernière semaine. Nous avons quitter Kuala Lumpur  tel que mentionné pour rejoindre Cameron Highland dans les montagnes, respirer un peu d’air pur. Nous avons tout de suite senti la différence de température et avons passer nos 2 jours la-bas habillé un peu plus chaudement. J’ai même ressorti mes pantalons longs, bien entasser au fond de mon sac depuis le début du voyage. La petite ville ou nous habitions s’appellait Tanah Rata. Pas très gros, un peu vieillot. Bien correcte. Connection parfaite pour tout ce qu’il y a a voir autour.  Nous avons préféré ne pas réserver de tour guidé pour visiter le coin mais plutot d’y aller « by our own ». Marie avait des réticences au départ et nous en avons discuté mais nous avons finalement loué un scooter pour être autonome dans nos déplacements et ainsi visiter a notre guise la région. Tellement peu onéreux. Juste en gaz cela nous a coûter…..a peine 0,70$!!(oui je sais, j’ai une couette qui sort du casque du coté gauche. Pas eu le temps de vérifier ma mise en pli avant la pose)

Notre première jourmée d’exploration dans les environs nous amena dans les plantations de thé de la compagnie BOH. En effet, Cameron Highland est une des seules places (sinon la seule) en Malaisie ou les conditions climatiques sont parfaites pour l’agriculture de toute sorte. Il y a le thé mais également les champs de fraises et le miel poduit dans les nombreuses fermes d’abeilles entre autre.

Avec le climat tempéré et l’altitude ( 1500 m au dessus de la mer) l’endroit est idéal. La plantation de thé BOH où nous nous sommes dirigé est le producteur de thé numéro 1 en Malaisie. C’était premierement super beau comme vallée, vert, luxuriant, mais surtout très amusant de voir que cette entreprise presque centenaire a compris le concept de mise en marché et de marketing 101 il y a de cela fort longtemps. Déjà au milieu du siecle, leur logo était un des plus connus et exporté de la Malaisie. Au courant de notre visite, Marie-Pier et moi nous demandions pourquoi ils mettaient autant d’emphase sur l’évolution de leur logo, les slogans, leurs couleurs d’entreprise, le packaging et tout. Je vous dit, ils sont vraiment conscient de leur image ! Et ce encore aujourd’hui. Cela se réflète dans le lieu. Épuré, multi-textures  ( bois, champ, bamboo), propre. Nous avons dégusté un petit thé au bout de la terrasse surplombant la vallée. Zen a l’os. Dommage que les couleurs de la photos ne rendent pas hommage a la beauté des lieux. Photo prise par quelqu’un d’autre et mauvais mode programmé sur mon appareil. Trop gêné pour lui redemander de la prendre!  Vraiment, ce fut une visite fort intéressante! Juste dommage que nous ayons manqué la visite guidée de l’usine du matin. Nous ne le savions pas. Alors nous avons visité les lieux par nous même. Grande filles va!

D’ailleurs, ce qui me fait penser. Je pense sérieusement me partir une entreprise d’audio-vox. Vous savez les petits gadgets accroché au cou que certains lieux touristiques nous prêtent et ce, surtout en Europe. Nous pouvons ainsi visiter les lieux a notre guise, écouteurs aux oreilles, a notre rythme tout en suivant les petits chiffres inscrits sur les murs. Bien souvent dans notre langue officielle. Ca ferait fureur ici ! Certains lieux gagneraient a s’en enricher. Fin de la parenthèse.

 

 

Suite la plantation de thé, nous nous sommes dirigé vers la ferme des abeilles. Des centaines de ruches qui permettent de produire une quantité phénoménale de produits dérivés du miel. Ici aussi, nous nous sommes promené a notre guise parmi les ruches. Tout juste a coté, nous avons stationner notre scooter a la ferme des fraises ! Miam miam! C’est bien beau l’ile d’Orléans mais ci, ca produit aussi en malade! Elles avaient l’air tellement bonnes, j’avais le gout de toutes les manger ! je me suis régalé d’un pops fait de vraies fraises ! Délicieux ! Et parfait pour se rafraîchir! Il était possible d’en cueillir (des fraises, pas des pops quand même) nous -même mais nous nous sommes contenter de visiter les lieux bien sagement. Première journée terminée. Retour du bike. Joie de la nourriture indienne. Dodo heureux.

 

 

Notre deuxième journée a Tanah Rata s’est avéré plus « physique ». Faut bien éliminer toute cette nourriture engloutit. La ville est reconnue pour ses nombreux trekkings dans les montagnes avoisinantes alors nous avons fait notre petit sac, mis la carte des pistes dans nos poches et somme allé suer dans les trails! Notre parcours complet dura 3 heures, sans réel arrêt. L’employé du guesthouse où nous habitions (dont vous avez vu les photos dans un post précédent) nous avait recommandé certaines trails.  Suivant ses recommandations, nous avons fait un mix de 3 pistes. La numéro 4, la 3 et la 2. Fa-fa! Après avoir un peu chercher le début de la piste 4 à partir de la ville,  pas super évidente a trouver, nous avons parcouru l’ensemble de cette piste en moins de temps qu’il nous a pris pour trouver son entrée. Pavée, bien jolie. Vraiment basique. Nous avons ensuite biffurqué vers la trail 3, bien correcte. Plus une vraie piste de trekking mais rien de trop intense, tout a fait acceptable pour nous. Juste parfait. La ou nous avons eu du fun, c’est rendu a la piste 2. Ataboy! Celle-ci  d’a peine 1 km devait nous mener au temple chinois Sam Poh dans la ville voisine de Brinchang ( 5 km de Tanah Rata par la route). C’est ici que nous avons rushé le plus ! Une montée extreme, une descente extreme, une montée extreme, une descente extrême. Intense! Sur un  semblant de chemin dans le bois, pas très tapé, juste légerement. J’imagine que peu de monde s’aventure ici. Une chance, il n’avait pas plu dans les derniers jours parce que le tout aurait été inpraticable sinon. Bref, nous en avons eu pour notre argent ! Il était temps que nous atteignons la fin du chemin qui ma foi, était assez en broussaille pour la finale. Plus trop de chemin. Ce fut un trekking bien sportif mais soyez rassuré cette fois, mes chaussures ont tenu le coup. J’ai mis mes snikes, je n’ai pas pris de chance !
Voici de quoi avait l’air rapido le chemin.
Et voici de quoi avait l’air nos visages et nos traits tirés a la sortie de la piste que vous pouvez apercevoir en arrière de nous. C’est normal que nous ne voyez pas grand chose, c’était dément comme sortie de bois. Genre « ferme tes yeux et fonce ».
La journée se termina par une visite du temple chinois et un passage dans le marché de nuit du samedi. Toujours agréable de sentir le pouls d’un endroit par son marché. Vivant. Gourmand. Pleins de cossins.

 

 

Ce fut grosso modo notre passage dans les Cameron Highland. Bien joli passage! Frais, montagneux, instructif, exploratoire et sportif. Nous étions maintenant mures pour les iles ! C’est vers les Perhentian Islands, du coté Nord -Est de la péninsule que nous nous sommes dirigé. Ici en Malaisie et contrairement au Vietnam, il n’y a pas vraiment de bus de nuit permettant de « sauver » le temps de déplacement. Ce qui nous embête un peu considérant les vacances de MP. Le temps nous est compté. En fait, pas d’overnight bus pour des distances plus ou moins courte de 6 a 8 heures. Quelqu’un nous a d’ailleurs dit que certains accidents ayant eu lieu et que les chauffeurs étaient parfois négligents. Ce qui explique en grande partie les autobus de jour. Et ce qui nous rassure du même coup. Semble t’il que pour les tres longues distances, ca existe bel et bien mais pas pour les déplacements que nous avons a faire, pas suffisant. C’est donc dans un mini-bus privée de 10 personnes ou nous étions seulement 2 ( ho yeah!) que nous nous sommes dirigé vers les Perhentian Islands. Une grosse journée de déplacement puisque une fois arrivé a la ville cotiere de Kuta Besut, nous devions prendre un speedboat pour nous amener aux iles. Speedboat tu dis!!  On a bien rit les cheveux tout ébouriffés, le vent qui pogne dans ton chandail sans grand contrôle et la peau qui devient toute collante dû aux vents marins. Attache tes lunettes de soleil dans ta face mon ami! Ni une ni deux, tu te fais débarquer au resort de ton choix, sur l’ile de ton choix, les pieds directs dans l’eau et le sable. Belle invitation je trouve! Les Perhentians Islands sont 2 iles, la grosse et la petite. Nous avions choisis la petite et avions réservé notre premiere nuit dans un guesthouse situé en plein milieu de l’île, là  où il semblait y avoir un peu d’action ( restaurants  et autres hébergements). J’ai bien dit un peu d’action puisque a ce temps de l’annnée, nous sommes a 2 semaines de la fin de la saison et c’est le début de la mousson alors certains dive shop et certains restaurants étaient fermés. Ils manquaient aussi parfois des poissons ou autre sélections que nous aurions pu avoir sur les menus des restos.  Mp et moi s’amusions a tout justifier par un « it’s because it’s the end of the season ». Mais rien de tout cela ne nous fit regretter d’y etre aller ! C’est tout sjmplement paradisiaque comme endroit ! Eau cristalline, plage de sable blanc quasi déserte, atmosphere vraiment tranquille! Long Beach où nous  étions est situé dans une grande baie. Pas de scooter ici, que des bateaux. Même pour se déplacer sur notre propre île, c’est des boat taxi de village en village. Tout a partir de la plage.

Marie-Pier est allé faire de la plongée pendant une journée. En petite groupe de 4, c’était bien.  Almost private. Cela faisait plus d’un an qu’elle en avait pas fait alors ce fut un beau retour au jeu pour elle. Elle saura mieux vous en parler que moi mais si je me fit a la critique de fin de journée, ce fut un succès. De mon coté, la premiere journée fut une mise a niveau….de bronzage. Et oui, j’avais bronzée avec mes bandes de  camisoles depuis le début du voyage ce que je trouvais tres laid. Quel beau prétexte pour alterner ventre/dos/ventre/dos pendant quelques heures sur la plage. Avec la chaleur qu’il faisait, j’étais dans l’eau aux 15 min. Très reposant mais je pris le tout au sérieux. Et ce fut réussi mes amis! Ho yeah, éliminer les traces de bronzage! Merci bonsoir. Ok ok  avec un mini-coup de soleil mais je jure, je jure  ( Ge, je te le jure!) que j’ai mis de la crème comme il faut! C’est juste qu’avec autant de baignade dans la mer, l’effet fut moins glorieux. En soirée, nous nous sommes régalé! Parfois de BBQ sur la plage où tu peux choisir ton poisson dans le bac d’eau direct devant, assez frais merci. Ou encore de plat malaisiens pour lesquels je me suis laissé tenter! Je m’en suis mis plein la cravate le deuxième soir en mangant au dela de ma capacité juste parce que le plat que j’avais commandé était excellent! ayayaye ! Je ne pourrai pas faire ca tout le temps! C’était simplement a s’en licher les doigts ! Ca fait parti des plaisirs de la vie ! Et j’avais décidé de foncer tête première ce soir là visiblement. J’ai d’ailleurs appris a dire « gourmande » en anglais maintenant !
En soirée, nous allions souvent prendre un verre au seul bar (encore ouvert) de la plage. Le Monkey Bar. Reggae, chill, vraiment molo. Les gens ici semblent vivre au rythme de la plongée et des soirées entre amis à prendre un verre sur fond de musique reggae mélangé aux bruits des vagues. La bière étant un peu chère ici, nous avons bu du rhum local vendu 25RM ( environ 8$) pour une petite bouteille. A boire avec du coke. Mp s’en est d’ailleurs acheté une bouteille en souvenir. Eux par contre, aurait eu besoin d’un coup de main au niveau du design de l’étiquette!

 

 

Nous avons occupé notre deuxième journée avec du snorkelling. 5 sites a visiter! Et vraiment, vraiment, ce fut un investissement tout a fait justifié ! Les 5 sites étaient tous différents et tellement beau ! Dans le désorde, nous avons pu apercevoir des tortues (correction Bertrand : UNE tortue) d’environ 1 mètre, des mini-requins ( oui oui des vrais!!) un peu terrifiant au début mais apres quelques miinutes, on s’y fait. Petits eux aussi quand même, genre 1 mètre. Et qui semblaient complètement désintéressés a nous. il y avait aussi des milliers de poissons de toutes les couleurs dont quelques un un peu trop curieux venaient tout autour de nous. Tu sautes du bateau et POUF te voilà entourée!  J’ai d’ailleurs fait un sacré saut a 2 occasions. Faut que je vous explique. Mon masques embuait de l’oeil droit. Ca arrive. Alors parfois, il m’arrivait de bien voir mais que par l’oeil gauche. Pas tres grave. Mais les petites curieux comme je les appelle venaient tellement proche de moi que parfois dans mon angle mort d’oeil gauche, je ne les voyais pas arriver. Alors quand il en apparaissait un sur le bord de mon masque sans que je ne l’ai vu venir, je jumpais a chaque fois ! Ca faisait bien rire Mp ! La faune marine est fantatique ici et ces îles sont des emplacements reconnus pour faire de la plongée et du skorkellling. C’est de loin mon plus beau spot a vie. Remarquez que je suis  plutôt beginner du snorkelling alors faudrait que je vous en reparle plus tard , après avoir fait plus de sites, mais vraiment, les coraux, les poissons, l’eau…tout était parfait ! J’ai regretter que nous n’avions pas acheter la veille finalement un kodak qui va dans l’eau. Ils en vendaient dans les petites shop de bord de plage. Next time!

 

 

Apres 3 nuits et 2 jours sur l’ile, sans connection internet, sans trop savoir il est quelle heure, il était temps pour nous de plier bagage pour poursuivre notre voyage ! Nos jours sont comptés  et considérant les déplacements de jours que nous devons faire, cela nous enlève des journées d’explorations. Départ ce matin (20 oct) tres tot avec le boat de 8h. Tel que dit plus tôt, les bateaux nous ramassent direct de la plage. Les sacs sur le dos, les pieds dans l’eau. Hop monte dans la chalouppe ma pinotte! Marie a eu de la difficulté a vivre aujourd’hui parce que c’est bien beau le snorkelling mais ca bronze le dos et le derrière des jambes de façon concentré ce beau sport là ! Elle est hyper rouge et porter son sac fût un calvaire pour elle. Bref.  Speedboat jusqu’a Kuta Besut, nous voici a nouveau dans un mini van rempli de stock et de gens en direction de Taman Negara. Nous avons choisi d’alterner nos visites  en cours de voyage alors après la ville, la montagne et la beach bum life, on fonce tête première dans la jungle life maintenant ! Trekking dans la jungle du Parc National de Taman Negara, humidité et sangsus, nous voici !

 

 

 

La Malaisie en quelques mots

Maintenant les pieds dans mon nouveau pays, j’ai pensé vous donnez un peu d’info sur celui-ci avant d’entamer ma visite parce que nous aurons un programme serré pour les 3 prochaines semaines. Je dit « on » puisque une autre amie se joint a moi pour cette portion de périple! La chanceuse cette fois 😉 c’est Marie-Pier Nicol. Je la présente rapidement pour ceux qui ne la connaisse pas. C’est une amie a moi depuis maintenant plus de 4 ans. Nous nous sommes connu chez AMEN, l’ancienne boite de publicité où j’ai précédemment travaillé entre 2006 et 2009 et nous étions de nouveau collègue de travail chez BOS au courant de la dernière année. Nous avons déjà voyagé ensemble en Espagne entre autres et durant quelques fin de semaines en camping par-ci, par là. Elle a 28 ans, une vrai jeunesse! Elle vient de la banlieue de Granby. Belle, fine, épicurienne, sportive, célibataire recherche homme âgé entre 25 et … ahaha ! Je rigole. Sérieusement, ce fut une joie tout a l’heure d’apercevoir son visage parmi la foule a la station de métro. J’étais aller la rejoindre et évidemment, au moment où j’ai baissé les yeux pour faire autre chose, elle est apparu ! Un visage familier ! Toujours bon !! Après quelques jours de repos, d’isolation et de pause a Kuala Lumpur où je n’ai pas trop oser découvrir la ville puisque je l’attendais, et bien je suis maintenant prête a ouvrir les valves pour les prochaines semaines puisque nous aurons un programme chargé. Je ne sais pas si je serai en mesure de vous tenir a jour quotidiennement puisqu’il y a tant a voir en si peu de temps !

Voici donc un court portrait de la Malaisie. Cette dernière est tout presque comme 2 pays en soit. Comme vous pourrez le constater sur la carte, il y a sur votre gauche la péninsule, au centre la mer de chine qui sépare les 2 entités et de l’autre coté, Bornéo. Sur votre droite. La péninsule est vraiment un mix de 3 nationalités qui cohabitent : les Malais, les Chinois et les Indiens. On peut sentir l’influence déjà très présente a Kuala Lumpur dans la nourriture et même sur les visages que l’on croisent dans la rue. Plus peuplé, plus industrialisé. Bornéo de l’autre coté est le côté plus sauvage, la jungle, les orangs-outangs, les maisons longues, etc. Plus typique en soit. Je crois que c’est cette diversité et ces paradoxes qui forge le caractère propre de la Malaisie. On y trouve de tout, des plages, des montagnes, du treking, des villes. De l’histoire et surtout, un mélange des cultures. J’ai hâte d’avoir vu tout ca ! Et d’y avoir goûter puisque déja ici depuis quelques jours, j’ai pu me régaler coté nourriture! La Malaisie est justement un pays réputé pour sa cuisine diversifiés et ce, mondialement. Miam miam miam! Tasse toi de d’la monsieur le riz!!

La monnaie courante du pays est le ringgit (RM). En terme de valeur par rapport a notre monnaie canadienne, c’est fois trois :  1 dollar canadien me donne donc 3 ringgits. Je dois avouer que j’ai eu un petit clash par rapport au Vietnam coté monétaire. C’est un peu plus cher a date. Rien de majeur par contre, juste un petit ajustement dans mon budget!

Beaucoup moins de moto a ce jour, plus de voiture. D’ailleurs, ca conduit a droite. Comme en Angleterre. Kuala Lumpur c’est une grosse capitale. Des buildings, des centres d’achats terribles. Ou pour votre information j’ai finalement ( FINALEMENT) après 2 jours de shopping intense trouvé des sandales de sport pour remplacer les miennes qui ont rendu l’âme. Ce fut toute une saga mais le dossier est maintenant fermé. Après avoir arpenté les 10 étages d’un des plus gros centres commerciales ici, après avoir dû passer outre toutes les petites boutiques cutes, les millions de paires de chaussures féminines que j’ai vu parce que je devais focuser sur mes sandales (pas des plus féminine vous en conviendrez)…j’ai vaincu ! Je n’avais ni les moyens, ni le temps de magasiner pour autre chose que des trucs utiles a mon voyage. Mais le « Shop till you drop » c’est beau, j’ai droppé pour un bout là!

Revenons a nos moutons.

La Malaisie partage ses frontières avec d’autres pays d’Asie soit la Thailande, l’Indonésie et Brunei. On parle ici de frontières terrestres puisque le pays est aussi voisin en terme de frontière maritime avec Singapore, le Vietnam et les Philippines. La capitale est Kuala Lumpur où je me trouve en ce moment. La population dépasse les 28 millions d’habitants (43ieme mondial). Comparable au Canada.

Historiquement parlant, le pays a des origines Britanniques. Pas seulement pour la conduite a droite! Il fut même unifié sous le Commonwealth en 1946, ce qui nous assure nous Canadiens une virée ici sans visa ! Toujours plus simple en tant que touriste! L’économie du pays reposait en grande partie sur les ressources naturelles mais maintenant, elle est beaucoup plus diversifié et peut compter sur le secteur des sciences, du tourisme et du commerce.

Ca fait un peu de tour du pays ! On en apprend des choses ici n’est ce pas ! 😉

Marie-Pier maintenant ici ( elle reprend d’ailleurs son décalage horaire pendant que je vous écris) nous débuterons rapidement notre exploration puisque tel que je vous le mentionnais, il y a beaucoup a voir et considérant que le pays est séparé en deux, ca ne se fait pas d’un point A a un point B. Nous établirons notre plan de match et tenterons d’en faire le plus possible en 3 semaines! J’y suis déjà depuis presque une semaine dans mon cas. MP repart le 1 nov de Singapore. Et moi le 6 nov de Kuala Lumpur. Et oui, j’y serai de retour dans quelques semaines. Presque devenu mon quartier général !

Je vous laisse, j’ai vu que Air Asia ( compagnie aérienne a rabais en Asie) avait une promotion se terminant demain pour des vols interne en Malaisie. Les vols doivent être fait après le 12 oct, parfait pour nous ! Pas cher pas cher ! J’aime ca !!! J’vais aller fouiner un peu.

On se reparle sous peu ! Ciao ciao ! xx