Et depuis alors ?


Depuis le Myanmar ? …et bien je suis revenue en Thailande.
Bien au chaud, pays douillet. Facilité 360 dégrées. Le retour fut agréable. Après un bon foot massage et quelques journées tranquille, j’ai eu envie de voir plus loin et c’est du côté Ouest de Bangkok que je me suis dirigé, plus particulièrement vers Kanchanaburi. J’avais envie de flatter des tigres! Je rigole bien mais en fait, j’y venais pour trois choses : voir le temples des tigres, aller visiter le parc National d’Erawan avec ses superbes chutes ainsi que traverser le Pont de la rivère Kwai. Vous vous rappeler du film ? Je dois le relouer a mon retour puisque c’est très loin maintenant. Coopération Britanno-Américaine sorti a la fin des années 50. Bref je suis allé voir le pont et m’instruire un peu plus sur cette portion de la deuxième guerre mondiale que je ne connaissais pas au Musée de la Guerre et au Jeath museum. Le dit pont fut construit par de nombreux prisonniers de guerre et des travailleurs sous la gouverne des japonais qui avaient en tête de construire une ligne terreste entre la Thailande et la Birmanie et ce, afin d’éviter de devoir utiliser les eaux naviguables de la Thailande, de la Malaysie et de Singapore patrouillés par leur ennemis. Ils voulaient avoir acces a leurs ravitaillements par train. La construction devait durer 4 ans mais au rythme ou ils ont demandé aux prisonniers de travailler, le tout fut terminé dans un délai de …16 mois! On parle quand même ici de 415 km !  Ils ont rejoint les deux extrémités de la voie ferrée quelque part en cours de route puisque au moment ou la construction commenca a Kanchanaburi en Thailande, il en était de même du coté Birman. Il est triste de constater que plusieurs hommes y ont laissé leur vie. Malnutrition, maltraitance et  maladie entre autre.  Les corps sont enterrés au War Cemetery. Ce dernier est d’ailleurs très bien entretenu.

 
L’ironie dans l’histoire ? Le pont fonctionna pendant a peine 2 ans avant d’être bombarbé par les alliés et tout fut démoli. Reconstruit depuis. A l’origine en bamboo, le pont que j’ai apercu est fait de béton et d’acier. Presque moderne. La portion du centre aussi fut reconstruite. De là son architecture différente du reste de l’ensemble. Un arrêt historiquement fort intéressant.
 
Le lendemain, j’ai fait 2 heures d’autobus pour me rendre au Erawan National Park pour aller voir les chutes divisées en 7 palliers tous très jolis les unes après les autres. Une belle marche en forêt dans un décor enchanteur. J’ai adoré ma journée ici ! On peut facilement s’y baigner et s’y perdre pendant des heures. La nature, les petits oiseaux, les papillons, le beau temps. Love it !
 
Les curieux sur facebook aurons déjà vu ma photo de profil ou je suis accompagné d’un chaton format géant. Tigrou nourris aux OMG. J’avais beaucoup entendu parler du Tiger Temple. En bien et en mal. Je suis allé voir par moi même. C’est super intéressant de pouvoir cotoyer les tigres ainsi mais le prix d’entrée est beaucoup trop élevé et le monastère ( oui il s’agit d’un monastère a la base) est quelque peu controversé. Semble t’il que les tigres sont soignés et nourris avant d’être retourné dans leur habitat naturel. Or, il y aurait controverse a ce sujet. Les tigres seraient peut-être drogués. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de m’informer davantage alors il m’est difficile de prendre position. Ce que je voulais c’est flatter des tigres. Et je fut servie ! Toute qu’une expérience !
 
J’ai voulu pousser la thématique “Pont de la rivière Kwai” au maximum alors j’ai pris le train pendant 3 heures pour mon retour en “ville” soit a Bangkok. Le réseau de transport Thailandais charge un prix symbolique de 3 dollars ( 100 bath) pour cette randonnée touristique a bord du train. Très agréable. Vue vraiment belle. Musique aux oreilles. Fênetre ouverte. Gros vent. Gros bonheur.
 
 
J’ai recroisé mes amis hollandais Joris et Saskia eux aussi de retour a Bangkok après leur périple un peu plus long que le mien au Myanmar. Quel joie de les revoir ! Et dès le lendemain un autre ami arrivait : Alex! Épuisé de son trip d’un mois en Europe. C’est donc avec en tête un plan de repos complet que nous avons pris tous les quatre la direction de Kho Tao au sud. Nous nous sommes déniché, après maintes heures de recherche au  gros soleil, un petit paradis. Une belle petite baie avec bungalow privé. Hammac inclus ! Parfait pour nous. Nous nous y sommes posé pour quelques jours et n’avons … rien fait. Pour être honnête les Hollandais eux se sont quand même activés un peu mais Alex et moi….deux grosses épaves. On a dormi comme jamais. Mangé. Écouté la saison 5 de Dexter jusqu’aux petites heures du matin. Fait du motorbike. Lu. Bu du rhum and coke. Bronzé. Jouer du ukulélé. Fait ami avec le chien. Mis du cutex. Juste moi, pas Alex. Toutes des choses bien difficiles. Remords ? Aucun !
 

Après ces quelques jours sans énervement, un plan machiavélique s’est présenté a nous. L’île voisine ? Kho Phangan. Oui oui la même ou j’étais allé avec Catherine et Melanie en Mai. La pleine lune ? Ben kin, Full Moon party prévu pour le 16 juin! On était dans les dates! Nous avons beau avoir 30 ans, nous nous sommes dit “Un full moon c’est once in a life”. Alors GO !  On est parti s’installer a Kho Phangan pour quelques jours. Là aussi nous avons requis le nécessaire : bungalow ultra bien situé, hammac évidemment, motorbile stationné a l’entrée. plage a perte de vue devant. Le tout a prix cheap cheap cheap. On a relaxé…et on s’est amusé au Full Moon ! Parmi la foule de 15 000 personnes. Jeunes et tout en fluo. Je n’ai malheureusement pas les photos avec moi pour le moment mais je vous reviendrez avec. Si elles sont montrables ! 😉  De retour au bungalow aux petites heures du matin, le ciel était clair et la lune éclairait vraiment la marée haute que nous avions devant le bungalow. De toutes beautés.
 (Mel tu reconnais le bungalow sur la gauche ? ) 
Le reste de notre temps a Kho Phangan fut une copie de Kho Tao. Relaxation, discussion et petit moton. Le temps était venu de se séparer. Après nous être remis de notre Full Moon, j’ai repris seule la route vers Bangkok au Nord alors qu’Alex partait la même journée que moi mais pour le sud, en direction de la Malaysie. On se reverra au Québec mon ami ! Saskia et Joris restaient eux un peu plus longtemps mais se dirigeaient également vers la Malaysie ensuite. Après un dernier lunch au paradis des marchés ( tout y est tellement délicieux!!), j’ai pris mon bateau et suis partie. Une nuit dans le bus et hop, me revoilà a Bangkok ! Again and again ! 

Publicités

Myanmar, deuxième acte


Lorsque fut
venu le temps de quitter Mandalay, c’est au petit matin que je quitta pour prendre le bateau. Oui oui une traversée de 14 heures m’attendait. Tout le monde m’avait vanté ce déplacement entre Mandalay et Bagan, je n’allais pas manquer cela. Ce fut une looooongue mais magnifique journée. Rempli de discussions, musique et lecture. Une fois rendu a Bagan et ce, avec mes nouveaux amis Hollandais Joris et Saskia, nous avons posé nos sacs dans le même guesthouse. Même également que la maman et son fils américains avec qui j’avais voyagé pendant une journée ou deux a Mandalay. Tout ce beau monde réuni a la même place. Bagan est reconnu au Myanmar pour avoir plus de 4000 stupas.  

C’est donc armé de nos bicyclettes vintage que nous avons parcouru la région. Il faisait une de ces chaleurs ! Sans vouloir tourner le fer dans la plaie, je crois qu’il ne fait pas très beau chez vous en ce moment mais sérieusement, c’était quelque chose. J’ai du boire 3 x 2 litres cette journée là. Sans aller a la salle de bain. Vous voyez le genre. Nous avons visité plusieurs stupas et temples. Très impressionnant. D’ailleurs très drôle ce bouddha que nous avons découvert dans un des temples. De loin il souriait et de proche il était bête. Effet d’optique. Comique ! La journée s’est terminé sur un magnifique couchée de soleil que nous avons apercu de justesse. Après un violent orage, le ciel s’est complètement dégagé et voilà, nous pouvions apprécié ce phénomene de la nature dont on ne se tanne jamais.

Le surledemain, nous sommes allé nous promener en banlieue de Bagan pour visiter le Mont Popa. Situé a environ 1 heure (50 km) de Bagan. Saskia, Joris et moi…dans la boite du pick-up. Ce fut agréable de voir « l’arriere-pays ». Rendu sur place, nous avons escaladé les 300 marches pour nous rendre sur le toit de cet ancien volcan situé a plus de 4000 pieds au dessus du niveau de la mer. La montagne connu pour être la maison de certains esprits permet d’avoir un point de vue superbe sur les environs.  La seule affaire c’est d’éviter les singes. Partout. Mais armé de mon baton tel Harry Potter, on était protégé !
Notre prochaine destination était Kalaw, point de départ pour le trek de 3 jours que nous avions en tête. En effet c’est a Kalaw que tout se met en place pour le trek qui permet de se rendre a Inle Lake, autre populaire destination du Myanmar. Nous avons donc pris le bus de jour entre Bagan et Kalaw et c’est 10 heures plus tard, tout courbaturé, que nous avons débarqué nos sacs et nos corps meurtris de ce foutu bus. Quel longue journée ce fut. J’ai tentativement dormi en parti, question de mettre de coté mon inconfort. Le temps de réserver notre trek, nous partions déja le lendemain. J’avais entendu parlé de ce trek et je m’étais finalement dit que considérant la saison des pluies, je n’allais pas le faire. Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée! Avec les amis, nous étions tous bien crinqués. C’était sans savoir ce qui nous attendait. Nous sommes parti notre petit groupe soit Saskia, Joris, moi, Tim un américain rencontré a Bagan et Alain un francais d’une soixantaine d’année. Accompagné de notre guide. Durant ces trois jours nous avons eu droit a tous les temps : du gros soleil, des nuages et évidemment de la pluie. Les paysages étaient magnifiques! Nous avons fait 3 journées de marche d’environ 6 a 8 heures par jour pour parcourir environ 20km par jour. Assez exténuant. Nous faisions des arrêts pour le diner. D’ailleurs nous avons arrêter a un restaurant et avons attendu pour que la pluie cesse. Saskia et moi nous sommes installé devant le foyer, question de nous sécher. Et les petits chatons de la place sont tous venu a moi, bien couché sur mon pied! J’étais pris là !
Quand nous avons été poser nos questions et acheter notre trekking, le monsieur (Sam de son prénom) nous avait répété et répété : « Please, during your trekking, stop, sit and enjoy the view. Put that in your memory ». Nous avons bien rit puisque nous avions tellement de marche a faire que nous ne nous sommes pratiquement pas arrêté! Il fallait presque le demander pour s’immobiliser et prendre une photo. Depuis, Joris, Saskia et moi réutilisons le running gag a toutes les sauces. 
Nous avons dormi la première nuit dans une maison, chez les gens. Nous étions installé tous les 5 bien enlignés sur le sol. Nous entendions le buffle respiré sous le plancher. Il était caché sous la maison pour la nuit. A l’abri. Nous nous sommes réveillé au cri des coqs soit très très tôt !  Sur notre route, nous avons pu rencontrer 5 ethnies différentes et de nombreux enfants. Tous très heureux de se faire prendre en photo et surtout de se voir sur l’écran de la caméra pour rire de leurs amis ensuite!  Nous avons passé la seconde nuit dans un monastère. Fascinant d’entendre les prières et méditations a 4h30 du matin. Et surtout quel silence et quelle austérité dans ces lieux ! Malgré nos lits rudimentaires, nous dormions comme des bûches complètement épuisés de nos journées d’effort. La deuxième fut particulièrement difficile. Il a plu une bonne partie de la journée et cela a rendu les chemins complètement impraticables. C’était vraiment difficile de marcher et de ne pas tomber dans la boue. En fait, je vais vous le dire : je suis tombé! En essayant de suivre notre cuisinier. Ce dernier marchait vraiment rapidement et j’aimais bien le suivre. Il avait un rythme régulier. La différence entre lui et moi fut les souliers. En essayant de contourner une roche mon pied a glisser dans la boue et pouf, complètement étendu la fille! Par chance j’avais pris de l’avance sur mes coéquipiers alors excepté le cook, personne n’a rien vu! J’ai tentativement essayer de me nettoyer en soirée mais ce fut peine perdu. Nous n’avions pas de douche non plus. Le grand clean up est allé au lendemain. La dernière journée le temps fut exceptionnellement beau. Comme pour finir en beauté. Nous avons tous attrapé un coup de soleil. Après quelques heures de marche, ce fut dans la joie que nous avons aperçu le lake Inle ! Notre destination finale ! Le dernier village que nous avons traversé était vraiment joli en plus. Une belle finale. Nous avons eu droit a de délicieux melon d’eau en guise de cadeau d’arrivée ! Menoum! Un bateau nous attendais pour la traversée du lac. Nous avions fait livré nos gros sacs a dos a Nyaung Shwe, le petit village situé près du lac Inle. Je peux tu vous dire que la douche fut magique ! God ! Avec eau chaude! Non mais quel luxe ! 

Vraiment une super aventure ce trek !!

Unis par les liens de la bouette !

Nous sommes resté au Lake Inle durant quelques jours. Nous avons pris les choses plutôt relaxe. Avons loué bicyclette et visité. Nous avons fait un arrêt au Red Mountain Winery. Après l’intéressante visite des lieux, nous avons pu goûter le produit. Pour environ 2,50$, nous avons pu testé 5 différents vins. Nous nous sommes gâter et sommes resté longtemps bien installé les 4 ( Alain le francais nous a quitter après le trekking) a boire, jaser et simplement profiter du décor, époustoufflant ! La production vinicole croit de plus en plus au Myanmar.  C’est un marché en développement. Sans être exceptionnel, il était très bon ce vin. Nous avons aussi découvert un resto italien dans le village. Délicioso!  Vous dire a quel point c’était bon, nous y sommes retourné une deuxième fois dans la même journée ! Dîner pasta, souper pizza ! Mamamia! Disons que nous nous sommes bien récompensé pour les efforts des derniers jours. 

Nous avons aussi profité de notre passage au Lake Inle pour faire une journée de découverte du lake Inle et de ce qui l’entoure. Nous avons visité une fabrique de lotus, des monastères, temples et sommes surtout promené en bateau toute la journée. Nous avons surtout pu observer un phénomène propre au Myanmar soit la technique de pêche des pécheurs. Ils tiennent leur pagaie d’une seule jambe et rame avec ! On dirait presque la pagaie est collé sur eux. Particulière technique!

Le tout s’est terminé sur un couchée de soleil semi-nuageux avant le retour.  J’ai adoré le Lake Inle. Ce fut mon endroit préféré au Myanmar. Tellement beau avec les montagnes environnantes. Je ne sais pas si c’était dû a la période de l’année mais le ciel était fascinant a voir également. Les nuages si blancs et si gris en même temps. Tellement changeant. Je crois que je ne me lasserais jamais d’observer un tel paysage. 

Tim nous a quitté un jour plus tôt mais Joris, Saskia et moi sommes resté ensemble jusqu’à la fin. Nous avons repris un autobus de nuit pour revenir a Yangon, notre point de départ. Une longue nuit. Nous avons profiter de notre dernière journée ensemble pour nous payer un tour de Yangon en train ! Voir la « vraie vie ». Nous avons pu observer le décor défiler pendant 3 heures.

Ce fut une belle finale a ce 2 semaines et demi de découvertes, de rencontres et de visites. Vraiment je puis affirmer que ce pays changea mes références en terme d’authenticité et d’ouverture sur les autres. Je suis heureuse d’avoir fait le choix d’y poser les pieds. Hésitante avec le Sri Lanka au départ. Ce ne fut pas nécessairement facile tout le temps mais si enrichissant. Vraiment, j’en tire de belles leçons. Financièrement aussi je m’en tire plutôt bien. 400$ pour 18 jours soit une moyenne de 22$ par jour. Cheap comme on les aime ! Il est certain que d’avoir partagé la route avec mes nouveaux amis a aidé a diminuer les coûts. Vraiment, un pays extraordinairement différent! A mettre sur votre liste de voyage! 


Yangon et Mandalay

Mon premier arrêt et mes premières visites furent faite a Yangon. Plus grande ville du Myanmar avec 4 millions d’habitants. Qu’est ce qu’il y a de beau a visiter a Yangon ? Pleins de choses ! En voici quelques unes!

J’ai débuté par la Sule Pagoda. Situé bien centralement dans la ville. J’y ai fait la rencontre d’un vieux monsieur qui fut finalement mon guide pour la journée.

 Il m’a trimballé avec lui, m’a gentiment expliqué pleins de choses sur le Myanmar. Il m’a même fait un peu d’astrologie ! Vous serez heureux d’apprendre que je suis née un mardi. Je suis « Tuesday born » comme il répétait sans cesse. Mon animal est le lion. Grrrrrrrrrrr. Ma direction est Sud-Est. Ma planète est Mars et mon chiffre chanceux le 8! Voilà vous savez tout. Nulle besoin de chercher plus loin. Nous avons ensuite pris le bus local ( quelle expérience en soit….au niveau soporifique entre autre. Un vrai sauna !). Nous avons été visiter un centre de méditation. Le Mahasi Meditation Center. Super impressionnant tous ces tapis et les gens qui viennent méditer. Ils ont vraiment tous mon respect. Nous avons eu le chance de voir une “monks mobile” arriver juste devant nous avec pleins de monks importants en débarquer. Ici les monks sont ultra-vénérés et respectés. Il y avait une important célébration ce jour là. Nous nous sommes ensuite dirigé dans un autre lieu soit celui du reclining bouddha. Le Chaukhtatgyi Paya. A la difference de ceux que j’avais déja vu, il était hautement coloré celui-ci. Fort joli. Et les pieds de bouddha….wow ! J’adore ! La légende veut que bouddha juste avant sa mort laissa des empreintes de ses pieds afin de rappeler sa présence sur terre. Tous les carreaux ont une symbolique!

Notre prochain arrêt fût fait a un des pôles touristiques les plus significatifs du Myanmar, la Shwedagon padoga. Ce stupa ( monument de forme conique contenant des cendres, ossements ou morceaux de personnes importantes décédées) est un haut lieu bouddhiste et le premier centre religieux du Myanmar. Les gens viennent nombreux et régulièrement y prier. Quelle chance j’ai eu d’y être un jour de congé….bouddhiste ! Plusieurs commerces étaient fermés dans la ville dont le célèbre marché Bogyoke ( meilleur chance la prochaine fois) mais c’était rempli de gens ici ! Fascinant ! Après avoir visité, nous nous sommes assis un moment parmi la foule. Les gens s’assoient, mangent, et relaxent. Ils peuvent y passer la journée. La petite brise était bonne. Dieu qu’il faisait chaud !

Le lendemain en matinée, je suis allé marcher et me suis rendu au Botataung Paya, nommé en l’honneur des militaires qui aurait escorté les reliques de bouddha depuis l’Inde et ce il y a 2000 ans!  Les reliques  y sont conservés.  Quelques cheveux et des morceaux de dents.  Pour le reste j’ai fait de l’exploration rurale. Prochain arrêt pleasssse!

Après une nuit dans le bus direction Mandalay, c’est au petit matin que j’y ai mise les pieds. Ville assez populeuse également. Plus grosse que ce que je m’imaginais. Ici on est pas mal plus au Nord du pays. J’y ai passé quelques jours. Première journée, j’ai “engagé” un chauffeur privé pour pouvoir rayonner comme il se doit dans les environs.

Je suis allé visiter le monastère Shwe In Bin Kyaung datant de 1895 dans le « Monks district ».  Les lieux sont toujours un peu austère et dénudé. A l’image de leur choix de vie en toute simplicité. Silencieux, poussièrieux. Ensuite, direction le marché de Jade. Il faut savoir que le Myanmar est réputé pour cette pierre précieuse. Je n’ai rien acheté. Semble t’il que la qualité n’est pas toujours au rendez vous et honnêtement je n’y connais rien aux pierres. Je n’étais pas si intéressé de toute facon. Ca tombait bien. Mon chauffeur m’a par contre fait arrêter chez un “ami” qui lui aussi vend des bijoux. Ben quin! Belle arnaque pour ramasser une commission l’grand ! Oublie ca…overprice et inintéressant. On poursuit!

Mahamuni Paya. Dans ce temple, le bouddha central, le plus célèbre de la nation, ne peut être approché que par les hommes. Aucune femme n’est admise tout près. Les gens prient et collent des milliers de feuilles d’or. Il y a semble t’il 6 pouces de feuilles d’or de collé dessus ! C’est de la superposition ca mon ami ! De loin on ne voit pas la nuauce mais de proche, c’est possible de l’apercevoir. Ici aussi quelqu’un est venu a moi. Un moine. Ce qui est plutot rare, les moines n’étant pas autorisé a s’assoir près des femmes. Ils évitent normalement les contacts, de peur d’être touché aussi. Puisqu’ils est très déplacé de toucher un moine, ne serais-ce que sur le bras. Celui-ci a pris un peu de son temps pour m’expliquer le temple et le lieu. Toujours gentil quand les gens viennent a toi pour te partager un peu de leur pays. J’adore cela et ca me surprend a chaque fois. Parlant de feuille d’or, nous avons aussi fait un arrêt dans une fabrique de feuilles d’or. Wow tout le travail manuel qui s’en suit. C’est fou ! J’en retiendrai que la feuille est applati des milliers de fois et ce, pendant des heures. Voir ici les hommes qui se sont installé avec une pierre et un bateau et qui a force de bras, écrase et écrase encore les dites feuilles.

En fin de journée, mes 2 dernières visites fut d’aller aux pagodes Kuthodaw Paya et Sandamani Pay . La quantité de stupa qu’il y a ici, c’est superbe a voir ! Et pour conclure cette journée, j’ai escaladé “Mandalay Hill” (230m) pour m’offrir un beau coucher de soleil. On se tanne pas de ca hein ! La vue 360 sur Mandalay et sa banlieue est fascinante a voir.

J’avais rencontré a mon hotel de Yangon 2 américains. Une maman et son fils. Helen et Matthews. Super gentils. Je les ai recroisé ici a Mandalay ( même chemin touristique toujours!) et nous avons décidé de faire une journée ensemble. Le plan de match était tout d’abord d’utiliser les transports locaux, ce qui est une expérience en soit. Direction Amarapura afin d’être témoins du déjeuner de milliers demoines a chaque matin a 10h30. Ces moines mangent 2 fois par jour. Un peu aux aurores et un deuxieme repas, le dernier de la journée, a 10h30. Quand la cloche sonne, ils se positionnent tous en rang et quand ca part, GO, ca avance. Certains moines sont dédiés aux taches de distributions du riz, etc. Laissez moi vous dire que ca roule ! impressionnant. Les touristes, quand même peu nombreux, sont plutot respectueux dans l’ensemble du processus. Quoique de plus désagréable que d’aller pointer l’objectif de sa caméra dans leur face a l’heure du repas. Nous sommes resté en retrait et avons pu observer cette habitude vraiment hors du commun. En quittant et après avoir acheter un petit livre écrit par un des moines du monastère, nous sommes justement tombé sur ce dit-moine qui nous a invité a venir discuter avec lui a l’intérieux du monastère. A l’abri des regards et des oreilles. Je crois qu’il était impressionné et content que nous sommes venu par nous même et non pas avec un groupe organisé. Nous nous y sommes posé pour plus d’une heure a discuter de pleins de choses. Toutes plus intéressantes les unes que les autres : la religion, la vie, le monde. Ultra ouvert. Toujours le mot juste. Un être fascinant!  Et a mon avantage, il aimait bien les Canadiens., Je crois qu’un des généreux donateurs pour le monastère est Canadien…merci monsieur !! Notre deuxieme arrêt fut le célèbre Pont U-Bein . Plus long pont en teck au monde (1,2km), nous l’avons traversé en entier. Il fut construit il y plus de 200 ans. 

 

 

Le lendemain j’ai eu une envie de marcher. Je me suis payé la traite. Je suis allé faire le tour du Fort de Mandalay. Long de 2km par 2 km, je l’ai longé au complet. Une sale journée pour les mollets ! Voir ici les installations d’entrainement publics. Comique ! Je peux vous dire que j’ai bien dormi ce soir là. J’étais fatiguée …et ne semblait pas être la seule ! 

 

C’est le lendemain a 4h30 que je quitta Mandalay avec le bateau en direction de Bagan. Cette journée de 14 heures ( Oui 14!)  permet de longer la célèbre rivière  Ayeyarwady ( a dire 10x  rapidement) et d’observer la “vraie vie” comme j’aime bien dire. Les gens ruraux, les paysans, les marchands, les enfants.

 

Même les vendeuses prêtent a monter a bord et a jouer du coudes lors d’un arrêt et ce, afin de nous vendre de délicieuses manques.  Nous n’étions pas très nombreux. Je vous dirais environ 8 touristes et tout le reste, des locaux. Moi qui aime prendre des photos, j’ai complètement oublié de prendre le bateau en tant que tel en photo. Imaginez vous un bateau style Mississippi. 2 étages, en bois. Devant arrondis. Ca ressemble pas mal a ca.

Ajouts sur le Myanmar dont j’ai oublié de vous parler. Les gens et surtout les hommes machent des “Betel chewing gum”. Ca leur fait cracher rouge dans la rue, au volant, en vélo, partout. Tu peux en apercevoir les traces fréquemment et surtout cela colorent leurs dents ! Au début, j’ai fait un petit saut je vous dirais….après un temps tu t’habitudes mais les gensives sont vraiment foncées ! Presque épeurant! 

Ici, pas de banques, de guichet donc pas moyen de retirer de l’argent une fois entré au pays. C’est donc dire que l’argent que tu as sur toi, c’est avec cela que tu devras gérer ton voyage.l Pas super évident de calculer a l’avance combien exactement tu auras de besoin, ne connaissant pas le coût de la vie. J’avais entendu des commentaires contradictoires en plus. Deuxième notion importante : Tu amènes des beaux dollars US NEUFS! Je répète : neufs ! Pas plié, pas déchiré, pas utilisé si possible,  neuf ! Autre beau défi a trouver ! Et tu changes une partie de cet argent une fois dans le pays et idéalement sur le marché noir afin d’avoir un meilleur taux. Tu peux le changer un peu n’importe où en fait …. mais le taux sera pas intéressant. Faut donc dénicher L’ENDROIT ou tu auras un taux respectable. Toute qu’une aventure. Tu as besoin du US pour payer les hôtels et transport et tu as besoin du Kyats ( leur monnaie) pour les achats normals : resto, location de vélo, etc. Dans mon cas, j’ai finalement changé mes dollars dans une clinique d’optométrie. Et oui, ca peut être partout ! On m’a fait passer en “arrière boutique” et un vieux monsieur assis faisait office de “banquier”. Combien vous voulez, voici mon taux. OK c’est pas mal. Il était même équipé d’une machine pour compter automatiquement les billets, comme les vrais banques ! C’est a se demander s’il vit vraiment des lunettes ou de ce business parralèle. J’avais finalement changé trop de kyats mais Tim, un américain avec qui j’ai voyagé en fin de périple en avait de besoin lui alors j’ai pu lui échanger ce que j’avais de trop. Ca le dépannait alors donnant-donnant comme on dit ! 

Rock Star au Myanmar

Le Myanmar n’est pas un pays facile a résumer. Résolument complexe. De part son histoire entre autre. Allons y avec le commencement…. »once upon a time », ce pays est bordé par l’Inde, la Chine, le Laos, la Thailande et le Bangladesh. Bien entouré non ?
Les Britanniques ont conquis la Birmanie pendant une bonne partie du 19ieme siècle et l’ont même intégré a l’empire Indien. Le pays était considéré comme une province indienne en tant que telle et ce jusqu’en 1937, au moment où ils se sont dissocié pour devenir une colonie indépendante. Durant la deuxième guerre mondiale la Birmanie, de part sa situation géographique, fût un grand champ de bataille. Les combattants Birmans luttaient pour leur indépendance avec au front Aung San et ce, avec l’aide des Japonais pour exclure les Britanniques de leur territoire. Duquel en échange les Japonais promettaient une grande indépendance. Ces promesses furent vaines puisque l’occupation Japonaire fût plus dure que l’occupation Britannique. Au pouvoir Aung San changea donc son fusil d’épaule et s’allia de l’autre côté pour aider les Britanniques a vaincre les Japonnais. Le tout dans l’ultime but éventuel d’être indépendant. C’est sur ces négociations que la deuxième mondiale se termina et que finalement les Britanniques accepta de leur céder l’indépendance en 1947 au moment ou Aung San lui-même, qui géra les négocitations dans son ensemble, ne vécu jamais son rêve de voir son pays autonome. Il fut assassiné au courant de l’année. L’union de la Birmanie était tout de même né. Formé sous une démocatrie, ce ne fut pas long que le Général Ne Win organisa un coup militaire afin de faire tomber le gouvernement et il s’installa au pouvoir en 1952. Il y resta jusqu’en 1988. Quand même ! Des manifestations pro-démocratique éclatèrent en 1988 dans le pays, violentes, et dont le résultat fut de faire tomber a nouveau le gouvernement. Le leader de tout cela ? Le général Saw Maung qui régna maintenant sur le pays rebaptisé Myanmar. Des élections législatives eurent lieu en 1990 et le parti d’opposition ( National League for Democracy – NLD) gagna avec une mince majorité. Or le parti de Saw Maung refusèrent de céder le pouvoir et placa la leader du NLD et gagnante du prix Noel pour la paix, Aung San Suu Kyi, sous arrêt avec obligation de resté dans sa maison. « House arrest ».  Pour combien de temps je vous entend dire ? 14 ans!! Et ce sur les 20 dernières années ! Surréel ! Le pays est toujours sous dictature militaire a l’heure ou l’on se parle. Le gouvernement contrôle tout, la police est inefficace et la pauvreté….visible. Partout. Juste constater parfois l’état de leur monnaie….complètement déchirée, vieille, presque inutilisable. Et bien le gouvernement refuse d’imprimer de nouveaux billets, ca coûte trop cher.  Pour conclure, en réponse aux attaques du gouvernement en mai 2003 contre Aung Suu Kyi, les États-Unis ont imposés des sanctions économiques contre le Myanmar.   Alors que les gros voisins puissants ( Chine, Inde) n’ont rien dit, rien fait. Silence radio.  L’été 2007 connu également des démonstrations contre le régime militaire en place. Démonstrations qui furent brutalement réprimées. Les moines du pays ( nombreux) prirent les devant et les citoyens suivirent en support. Les images de ces révoltes firent le tour du monde. La réponse du gouvernement fut de tirer sur la foule, arrêter les moines, fermer les monastères, couper internet donc isoler le pays encore plus. D’autres pays suivirent le boycott  des États-Unis dont le Canada, l’Australie et l’Union Européenne. Les Nations Unies ont tenté en vain d’établir le dialogue. Malgré ces condamnations internationales, Aung Suu Kyi fut garder sous arrêt pour cause de bris de condition. Elle fut libéré le 13 novembre dernier. Des élections devaient avoir lieu et je ne suis plus sure si actuellement, elles ont eu lieu ou doivent avoir lieu. Voilà pour la mise en contexte historique. Rassurez vous, le pays est tout a fait sécuritaire a visiter! Les touristes sont une source de revenu dont les Birmans ont de besoin.
Isolé dans son régime repressif, ici on ne rigole pas. Deja pour y entrer, il faut montrer pate blanche au niveau professionnel. Ils n’autorisent pas de visa aux journalistes, ecrivains, a toutes personnes suceptibles de leur creer une mauvaise presse par la suite. Et sur la rue, dans les commerces, tu vois les officiers. Ils sont la. Tu ne sais pas toujours ce qu’ils font ou ce qu’ils cherchent. Lors de notre embarquement dans l’autobus de Inle Lake a Yangon, pour le retour, partout sur la rue des officiers sifflaient, nous devions nous arreter, ils montaient a bord et demandaient a certaines personnes de s’identifier. Ils devaient chercher quelqu’un en particulier j’imagine. Je ne l’ai jamais su. Mais tu vois que les gens cooperent. Ils n’ont pas le choix. Je me permet de citer a nouveau mon Lonely planet : “The long-suffering people are everything the regime is not. Gentle, humourous, engaging, considerate, inquisitive and passionnate. They want to plan a part in the world and to know what you make of their world”. Bien dit non ? C’est ca la Birmanie.
J’avais également lu :  “It is quite unlike any place you know about”. Qu’ils ont dont raison ! Je pensais le Laos authentique et vrai. Sans rien n’y enlever loin de là, on est ici  une coche au dessus. Mes vraies premières impressions : archaique, bordélique, austère ! Cela m’a pris quelques jours pour m’y sentir a l’aise. Ca n’avait rien a voir avec les gens. En fait si, un peu. Les gens sont ultra curieux. Mais vraiment ! De toi le western a la peau blanche. Oui toi le touriste venu dans son pays. Or, ils sont aussi réservés alors partout sur la rue, dans l’autobus, au restaurant, dans les temples, tu te fais regarder. Mais vraiment regarder. Pas au début seulement 10 min, en tout temps ! C’est plutot spécial je vous dirais. On ne s’y habitue pas. En tout cas pas moi. Tu sens les yeux sur toi, les regards de partout, tu vois les gens se donner des coups de coudres sur la rue pour que leur voisin te regarde également. Une rock star !! C’est rien de méchant. Je pensais que c’était parce que j’étais une fille, blonde, peau blanche, etc. Je me suis rendu compte après une semaine que non, c’est comme ca pour tous les touristes je crois bien. Mon premier réflexe fut un peu de me replier sur moi. Mécanisme de défense j’imagine. Je cherchais ma place. J’ai rapidement réalisé que si tu t’ouvres, si tu souris le premier, si tu vas vers eux….ils sont tellement contents! Ils sont juste curieux. Dès ce changement d’attitude de ma part entrepris, j’ai vu une grande différence dans mon bien être et dans mon appréciation du pays.
Le Myanmar est un pays facile a voyager dans le sens ou le trajet “touristique” est facile a emprunter. Il y a 4 pôles touristiques : Yangon la ville d’arrivée. Capitale sociale, économique et culturelle quoique non plus la réelle capitale politique maintenant. Ensuite Mandalay, Bagan et le Lac Inle. Grosso modo, les gens parcours ces villes. Les plus aventureux ou ceux prenant leur temps étirent leur passage et sortent des sentiers battus. Les voyageurs que j’ai rencontré ici prennent en moyenne 2 semaines pour voir le pays. C’est bien peu. Dans mon cas, j’avais a peine plus soit 18 jours. Ce fut parfait même si j’aurais pu y rester plus longuement et explorer les plages et le sud-est du pays. Next time !
Le Myanmar est figé dans le temps. Forcé par le gouvernement, leur vie a pris place quelque part dans les années 50 et y est resté. Ici on est loin des 7-Eleven de la Thailande ( inexistant) et le clash entre les 2 pays m’a rentré dedans au départ. Contrairement a presque partout en Asie ou avoir un cellulaire est un standing social, oubliez ca ici. Il y a des postes de telephone sur les coins de rues! Les gens arretent pour y faire un appel sur un bon vieux telephone a fil,comme dans le temps !
Vous verrez sur les photos que je vous partagerai éventuellement, les hommes portent la jupe longue communément appelé le Longyi ( prononcé longji) et les femmes le maquillage traditionnelle Thanaka. Pate créer a base de sandalwood ajouté a de l’eau et frotté sur un morceau de pierre. Cela produit un liquide qu’elles s’appliquent au visage. Nous avons entendu plusieurs versions a la réelle utilisation : pour se protéger du soleil, pour l’esthétique et la beauté des femmes, pour se rafraichir. Peu importe la vraie raison, cela creer un effet visuel surprenant au départ. On a essayer c’est clair ! Ici on voit que les joues mais nous en avions partout sur le visage.
D’ailleurs, je vais souvent parler au “nous » – on” puisque vous savez qu’un voyageur seul ne reste pas seul bien longtemps….après quelques jours  a parcourir le pays, je croisais souvent les mêmes touristes dont un couple de Hollandais qui étaient justement arrivé de Bangkok avec le même avion que moi. Nous logions au même hôtel a Yangon. Nous nous croisions partout. Nous étions également dans le même hôtel a Mandalay alors lorsqu’est venu le temps de quitter Mandalay, nous avions là aussi choisis de prendre le même bateau pour nous rendre a Bagan sur la riviere Ayeyarwady ( quand je vous dit “même circuit touristique!) et bien a 4h45 du matin, quand le pick up est venu a l’hotel pour nous chercher et que nous avons partager une journée entière a discuter sur le bateau, nous étions devenu inséparables ! Nous sommes donc resté ensemble pour tout le reste du voyage c’est donc dire presque 2 semaines. Ils sont tellement gentils ! Avec eux et Linda l’autre hollandaise avec qui j’ai voyagé au Laos, je peux résolument dire que j’aime les Hollandais. Ils sont gentils, drôles, facile a vivre, respectueux, ouvert d’esprit bref ils m’ont grandement donné envie d’aller les visiter chez eux ! C’est pas l’envie qui manque ! Ils nous ressemblent un peu au niveau du caractère les Québécois je trouve. Ce fut vraiment un plaisir de les connaitre et d’échanger avec eux ( même de la musique ! J’ai pleins de nouveaux band Dutch et en échange, je leur ai refilé Arcade Fire!) et ce fut plein de tristesse que je les  ai  laisser partir la veille de mon départ. Nous avons élaborer pleins de possibilités de nous revoir : peut-être en Thailande en juin, en Amérique du Sud l’an prochain, au Canada s’ils décident d’y venir ou encore en Hollande lorsque moi, je pourrai m’y rendre. Ils ont débuter en janvier dernier un voyage de 1 an et demi. Ils sont resté 2 mois en Inde, 1 mois de demi au Népal ou ils ont fait le trek d’Annapurna et après une pause d’une semaine en Thailande, ils sont maintenant au Myanmar. C’est drôle comment la vie est ainsi faite puisque si j’avais décider d’aller au Sri Lanka après le Myanmar, ce que je devais faire mais j’ai finalement changé d’idée, et bien je les aurait possiblement revu ! Ils s’y rendrons quelques part en juin! Bref, assez parlé de mes nouveaux amis, je voulais seulement vous les présenter et vous dire que j’ai passé beaucoup de (bon) temps avec eux durant mon passage au Myanmar.  Ah oui, leurs noms peut-être…Saskia et Joris!
Je manque de temps ce soir mais ce n’est que partie remise ! A suivre très bientot dans un écran près de chez vous !

Embarquement presque immédiat

J’ai manqué de temps pour vous conclure de belle façon la Thailande et mieux vous présentez le Myanmar mais ce n’est que partie remise. Je quitte dans quelques heures pour ce nouveau pays qui je crois sera dépaysant a plusieurs niveaux. Je vous partage un petit lien pour les curieux qui aimerait avoir plus d’infos. Cliquez ici.  Je me croise les doigts pour que la saison des pluies ne gâche pas trop mon passage. Les connections internet et accès a hotmail ainsi qu’a wordpress risque d’être inexistantes alors je vous reviendrai a mon retour avec un condensé. A très bientôt !