Pourquoi partir ?

Pour fuir ? Aller à sa rencontre ? A celle des autres ? Pour suivre ces pulsions ? Sortir de sa zone de confort ? Chercher un sens  ?

Que de réflexions! Variable pour chacun en plus.

Une chronique intéressante de Marie-Julie Gagnon que vous retrouverez ici. Je vous encourage à suivre son blogue d’ailleurs, toujours riche en recommandations, conseils et inspirations.

New life

Pourquoi voyage-t-on ?

Je suis tombé sur un article qui m’intéressait et la grande question derrière celui-ci m’interpelle : Pourquoi voyage-t-on ? Les réponses pourraient etre aussi nombreuses que le nombre de personne j’imagine.

Voici un extrait de l’article complet que vous pourrez trouver ici :

« Ces questionnements en induisent d’autres, dont celui-ci : pourquoi voyage-t-on? Est-ce vraiment pour découvrir ou se confronter à d’autres cultures? Pour voir des paysages? Mais ils sont bien plus spectaculaires dans les séances de projection organisées par les Grands Explorateurs, voire sur écran IMAX!. Pour fuir l’hiver? Sans doute, mais on voyage autant en été! Il y a probablement plusieurs réponses à cette question moins simple qu’elle n’y paraît.

 

Personnellement, je crois qu’on n’invoque pas assez une des plus puissantes motivations à voyager : le bénéfice psychologique. En quittant son pays et en s’immergeant dans un autre environnement culturel, on éprouve une sensation de soulagement, car on a échappé temporairement à sa condition sociale. On s’est libéré des contraintes que font peser les obligations professionnelles (faut bien travailler!) et celles induites par la hiérarchie du milieu de travail (mon boss, je l’haï!). On se libère temporairement des contraintes sociales (avoir un aussi gros char, une aussi grosse maison, une aussi grosse tondeuse à gazon que son voisin!), de la peur du chômage, de la peur du lendemain.

À l’étranger la chape sociale est considérablement allégée. On est l’inconnu, celui qui n’a pas de véritables obligations sinon celle de rester courtois et de régler l’addition. On côtoie des gens qu’on ne reverra jamais et, dans les pays du tiers monde, on est automatiquement considéré (ou coopté) comme appartenant à la strate supérieure de la société (on est riche!) »

En ce qui me concerne, je voyage pour me dépayser, pour voir autre chose et mieux apprécier ce que j’ai chez moi, pour me sortir de ma zone de confort, pour faire le vide et le remplir de nouveau, pour aller chez « l’autre » et par défaut, vers moi-même, pour en apprendre plus sur les autres cultures, sur la différence, pour me créer des souvenirs a jamais. Souvenirs que personne ne pourra jamais m’enlever, pour le ressourcement, pour faire de moi une meilleure personne, pour aller au bout du chemin tout simplement. Celui qui implique beaucoup mais qui est si gratifiant au bout du compte.

Et vous, pourquoi voyagez vous ?