Et depuis alors ?


Depuis le Myanmar ? …et bien je suis revenue en Thailande.
Bien au chaud, pays douillet. Facilité 360 dégrées. Le retour fut agréable. Après un bon foot massage et quelques journées tranquille, j’ai eu envie de voir plus loin et c’est du côté Ouest de Bangkok que je me suis dirigé, plus particulièrement vers Kanchanaburi. J’avais envie de flatter des tigres! Je rigole bien mais en fait, j’y venais pour trois choses : voir le temples des tigres, aller visiter le parc National d’Erawan avec ses superbes chutes ainsi que traverser le Pont de la rivère Kwai. Vous vous rappeler du film ? Je dois le relouer a mon retour puisque c’est très loin maintenant. Coopération Britanno-Américaine sorti a la fin des années 50. Bref je suis allé voir le pont et m’instruire un peu plus sur cette portion de la deuxième guerre mondiale que je ne connaissais pas au Musée de la Guerre et au Jeath museum. Le dit pont fut construit par de nombreux prisonniers de guerre et des travailleurs sous la gouverne des japonais qui avaient en tête de construire une ligne terreste entre la Thailande et la Birmanie et ce, afin d’éviter de devoir utiliser les eaux naviguables de la Thailande, de la Malaysie et de Singapore patrouillés par leur ennemis. Ils voulaient avoir acces a leurs ravitaillements par train. La construction devait durer 4 ans mais au rythme ou ils ont demandé aux prisonniers de travailler, le tout fut terminé dans un délai de …16 mois! On parle quand même ici de 415 km !  Ils ont rejoint les deux extrémités de la voie ferrée quelque part en cours de route puisque au moment ou la construction commenca a Kanchanaburi en Thailande, il en était de même du coté Birman. Il est triste de constater que plusieurs hommes y ont laissé leur vie. Malnutrition, maltraitance et  maladie entre autre.  Les corps sont enterrés au War Cemetery. Ce dernier est d’ailleurs très bien entretenu.

 
L’ironie dans l’histoire ? Le pont fonctionna pendant a peine 2 ans avant d’être bombarbé par les alliés et tout fut démoli. Reconstruit depuis. A l’origine en bamboo, le pont que j’ai apercu est fait de béton et d’acier. Presque moderne. La portion du centre aussi fut reconstruite. De là son architecture différente du reste de l’ensemble. Un arrêt historiquement fort intéressant.
 
Le lendemain, j’ai fait 2 heures d’autobus pour me rendre au Erawan National Park pour aller voir les chutes divisées en 7 palliers tous très jolis les unes après les autres. Une belle marche en forêt dans un décor enchanteur. J’ai adoré ma journée ici ! On peut facilement s’y baigner et s’y perdre pendant des heures. La nature, les petits oiseaux, les papillons, le beau temps. Love it !
 
Les curieux sur facebook aurons déjà vu ma photo de profil ou je suis accompagné d’un chaton format géant. Tigrou nourris aux OMG. J’avais beaucoup entendu parler du Tiger Temple. En bien et en mal. Je suis allé voir par moi même. C’est super intéressant de pouvoir cotoyer les tigres ainsi mais le prix d’entrée est beaucoup trop élevé et le monastère ( oui il s’agit d’un monastère a la base) est quelque peu controversé. Semble t’il que les tigres sont soignés et nourris avant d’être retourné dans leur habitat naturel. Or, il y aurait controverse a ce sujet. Les tigres seraient peut-être drogués. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de m’informer davantage alors il m’est difficile de prendre position. Ce que je voulais c’est flatter des tigres. Et je fut servie ! Toute qu’une expérience !
 
J’ai voulu pousser la thématique “Pont de la rivière Kwai” au maximum alors j’ai pris le train pendant 3 heures pour mon retour en “ville” soit a Bangkok. Le réseau de transport Thailandais charge un prix symbolique de 3 dollars ( 100 bath) pour cette randonnée touristique a bord du train. Très agréable. Vue vraiment belle. Musique aux oreilles. Fênetre ouverte. Gros vent. Gros bonheur.
 
 
J’ai recroisé mes amis hollandais Joris et Saskia eux aussi de retour a Bangkok après leur périple un peu plus long que le mien au Myanmar. Quel joie de les revoir ! Et dès le lendemain un autre ami arrivait : Alex! Épuisé de son trip d’un mois en Europe. C’est donc avec en tête un plan de repos complet que nous avons pris tous les quatre la direction de Kho Tao au sud. Nous nous sommes déniché, après maintes heures de recherche au  gros soleil, un petit paradis. Une belle petite baie avec bungalow privé. Hammac inclus ! Parfait pour nous. Nous nous y sommes posé pour quelques jours et n’avons … rien fait. Pour être honnête les Hollandais eux se sont quand même activés un peu mais Alex et moi….deux grosses épaves. On a dormi comme jamais. Mangé. Écouté la saison 5 de Dexter jusqu’aux petites heures du matin. Fait du motorbike. Lu. Bu du rhum and coke. Bronzé. Jouer du ukulélé. Fait ami avec le chien. Mis du cutex. Juste moi, pas Alex. Toutes des choses bien difficiles. Remords ? Aucun !
 

Après ces quelques jours sans énervement, un plan machiavélique s’est présenté a nous. L’île voisine ? Kho Phangan. Oui oui la même ou j’étais allé avec Catherine et Melanie en Mai. La pleine lune ? Ben kin, Full Moon party prévu pour le 16 juin! On était dans les dates! Nous avons beau avoir 30 ans, nous nous sommes dit “Un full moon c’est once in a life”. Alors GO !  On est parti s’installer a Kho Phangan pour quelques jours. Là aussi nous avons requis le nécessaire : bungalow ultra bien situé, hammac évidemment, motorbile stationné a l’entrée. plage a perte de vue devant. Le tout a prix cheap cheap cheap. On a relaxé…et on s’est amusé au Full Moon ! Parmi la foule de 15 000 personnes. Jeunes et tout en fluo. Je n’ai malheureusement pas les photos avec moi pour le moment mais je vous reviendrez avec. Si elles sont montrables ! 😉  De retour au bungalow aux petites heures du matin, le ciel était clair et la lune éclairait vraiment la marée haute que nous avions devant le bungalow. De toutes beautés.
 (Mel tu reconnais le bungalow sur la gauche ? ) 
Le reste de notre temps a Kho Phangan fut une copie de Kho Tao. Relaxation, discussion et petit moton. Le temps était venu de se séparer. Après nous être remis de notre Full Moon, j’ai repris seule la route vers Bangkok au Nord alors qu’Alex partait la même journée que moi mais pour le sud, en direction de la Malaysie. On se reverra au Québec mon ami ! Saskia et Joris restaient eux un peu plus longtemps mais se dirigeaient également vers la Malaysie ensuite. Après un dernier lunch au paradis des marchés ( tout y est tellement délicieux!!), j’ai pris mon bateau et suis partie. Une nuit dans le bus et hop, me revoilà a Bangkok ! Again and again ! 

Publicités

Myanmar, deuxième acte


Lorsque fut
venu le temps de quitter Mandalay, c’est au petit matin que je quitta pour prendre le bateau. Oui oui une traversée de 14 heures m’attendait. Tout le monde m’avait vanté ce déplacement entre Mandalay et Bagan, je n’allais pas manquer cela. Ce fut une looooongue mais magnifique journée. Rempli de discussions, musique et lecture. Une fois rendu a Bagan et ce, avec mes nouveaux amis Hollandais Joris et Saskia, nous avons posé nos sacs dans le même guesthouse. Même également que la maman et son fils américains avec qui j’avais voyagé pendant une journée ou deux a Mandalay. Tout ce beau monde réuni a la même place. Bagan est reconnu au Myanmar pour avoir plus de 4000 stupas.  

C’est donc armé de nos bicyclettes vintage que nous avons parcouru la région. Il faisait une de ces chaleurs ! Sans vouloir tourner le fer dans la plaie, je crois qu’il ne fait pas très beau chez vous en ce moment mais sérieusement, c’était quelque chose. J’ai du boire 3 x 2 litres cette journée là. Sans aller a la salle de bain. Vous voyez le genre. Nous avons visité plusieurs stupas et temples. Très impressionnant. D’ailleurs très drôle ce bouddha que nous avons découvert dans un des temples. De loin il souriait et de proche il était bête. Effet d’optique. Comique ! La journée s’est terminé sur un magnifique couchée de soleil que nous avons apercu de justesse. Après un violent orage, le ciel s’est complètement dégagé et voilà, nous pouvions apprécié ce phénomene de la nature dont on ne se tanne jamais.

Le surledemain, nous sommes allé nous promener en banlieue de Bagan pour visiter le Mont Popa. Situé a environ 1 heure (50 km) de Bagan. Saskia, Joris et moi…dans la boite du pick-up. Ce fut agréable de voir « l’arriere-pays ». Rendu sur place, nous avons escaladé les 300 marches pour nous rendre sur le toit de cet ancien volcan situé a plus de 4000 pieds au dessus du niveau de la mer. La montagne connu pour être la maison de certains esprits permet d’avoir un point de vue superbe sur les environs.  La seule affaire c’est d’éviter les singes. Partout. Mais armé de mon baton tel Harry Potter, on était protégé !
Notre prochaine destination était Kalaw, point de départ pour le trek de 3 jours que nous avions en tête. En effet c’est a Kalaw que tout se met en place pour le trek qui permet de se rendre a Inle Lake, autre populaire destination du Myanmar. Nous avons donc pris le bus de jour entre Bagan et Kalaw et c’est 10 heures plus tard, tout courbaturé, que nous avons débarqué nos sacs et nos corps meurtris de ce foutu bus. Quel longue journée ce fut. J’ai tentativement dormi en parti, question de mettre de coté mon inconfort. Le temps de réserver notre trek, nous partions déja le lendemain. J’avais entendu parlé de ce trek et je m’étais finalement dit que considérant la saison des pluies, je n’allais pas le faire. Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée! Avec les amis, nous étions tous bien crinqués. C’était sans savoir ce qui nous attendait. Nous sommes parti notre petit groupe soit Saskia, Joris, moi, Tim un américain rencontré a Bagan et Alain un francais d’une soixantaine d’année. Accompagné de notre guide. Durant ces trois jours nous avons eu droit a tous les temps : du gros soleil, des nuages et évidemment de la pluie. Les paysages étaient magnifiques! Nous avons fait 3 journées de marche d’environ 6 a 8 heures par jour pour parcourir environ 20km par jour. Assez exténuant. Nous faisions des arrêts pour le diner. D’ailleurs nous avons arrêter a un restaurant et avons attendu pour que la pluie cesse. Saskia et moi nous sommes installé devant le foyer, question de nous sécher. Et les petits chatons de la place sont tous venu a moi, bien couché sur mon pied! J’étais pris là !
Quand nous avons été poser nos questions et acheter notre trekking, le monsieur (Sam de son prénom) nous avait répété et répété : « Please, during your trekking, stop, sit and enjoy the view. Put that in your memory ». Nous avons bien rit puisque nous avions tellement de marche a faire que nous ne nous sommes pratiquement pas arrêté! Il fallait presque le demander pour s’immobiliser et prendre une photo. Depuis, Joris, Saskia et moi réutilisons le running gag a toutes les sauces. 
Nous avons dormi la première nuit dans une maison, chez les gens. Nous étions installé tous les 5 bien enlignés sur le sol. Nous entendions le buffle respiré sous le plancher. Il était caché sous la maison pour la nuit. A l’abri. Nous nous sommes réveillé au cri des coqs soit très très tôt !  Sur notre route, nous avons pu rencontrer 5 ethnies différentes et de nombreux enfants. Tous très heureux de se faire prendre en photo et surtout de se voir sur l’écran de la caméra pour rire de leurs amis ensuite!  Nous avons passé la seconde nuit dans un monastère. Fascinant d’entendre les prières et méditations a 4h30 du matin. Et surtout quel silence et quelle austérité dans ces lieux ! Malgré nos lits rudimentaires, nous dormions comme des bûches complètement épuisés de nos journées d’effort. La deuxième fut particulièrement difficile. Il a plu une bonne partie de la journée et cela a rendu les chemins complètement impraticables. C’était vraiment difficile de marcher et de ne pas tomber dans la boue. En fait, je vais vous le dire : je suis tombé! En essayant de suivre notre cuisinier. Ce dernier marchait vraiment rapidement et j’aimais bien le suivre. Il avait un rythme régulier. La différence entre lui et moi fut les souliers. En essayant de contourner une roche mon pied a glisser dans la boue et pouf, complètement étendu la fille! Par chance j’avais pris de l’avance sur mes coéquipiers alors excepté le cook, personne n’a rien vu! J’ai tentativement essayer de me nettoyer en soirée mais ce fut peine perdu. Nous n’avions pas de douche non plus. Le grand clean up est allé au lendemain. La dernière journée le temps fut exceptionnellement beau. Comme pour finir en beauté. Nous avons tous attrapé un coup de soleil. Après quelques heures de marche, ce fut dans la joie que nous avons aperçu le lake Inle ! Notre destination finale ! Le dernier village que nous avons traversé était vraiment joli en plus. Une belle finale. Nous avons eu droit a de délicieux melon d’eau en guise de cadeau d’arrivée ! Menoum! Un bateau nous attendais pour la traversée du lac. Nous avions fait livré nos gros sacs a dos a Nyaung Shwe, le petit village situé près du lac Inle. Je peux tu vous dire que la douche fut magique ! God ! Avec eau chaude! Non mais quel luxe ! 

Vraiment une super aventure ce trek !!

Unis par les liens de la bouette !

Nous sommes resté au Lake Inle durant quelques jours. Nous avons pris les choses plutôt relaxe. Avons loué bicyclette et visité. Nous avons fait un arrêt au Red Mountain Winery. Après l’intéressante visite des lieux, nous avons pu goûter le produit. Pour environ 2,50$, nous avons pu testé 5 différents vins. Nous nous sommes gâter et sommes resté longtemps bien installé les 4 ( Alain le francais nous a quitter après le trekking) a boire, jaser et simplement profiter du décor, époustoufflant ! La production vinicole croit de plus en plus au Myanmar.  C’est un marché en développement. Sans être exceptionnel, il était très bon ce vin. Nous avons aussi découvert un resto italien dans le village. Délicioso!  Vous dire a quel point c’était bon, nous y sommes retourné une deuxième fois dans la même journée ! Dîner pasta, souper pizza ! Mamamia! Disons que nous nous sommes bien récompensé pour les efforts des derniers jours. 

Nous avons aussi profité de notre passage au Lake Inle pour faire une journée de découverte du lake Inle et de ce qui l’entoure. Nous avons visité une fabrique de lotus, des monastères, temples et sommes surtout promené en bateau toute la journée. Nous avons surtout pu observer un phénomène propre au Myanmar soit la technique de pêche des pécheurs. Ils tiennent leur pagaie d’une seule jambe et rame avec ! On dirait presque la pagaie est collé sur eux. Particulière technique!

Le tout s’est terminé sur un couchée de soleil semi-nuageux avant le retour.  J’ai adoré le Lake Inle. Ce fut mon endroit préféré au Myanmar. Tellement beau avec les montagnes environnantes. Je ne sais pas si c’était dû a la période de l’année mais le ciel était fascinant a voir également. Les nuages si blancs et si gris en même temps. Tellement changeant. Je crois que je ne me lasserais jamais d’observer un tel paysage. 

Tim nous a quitté un jour plus tôt mais Joris, Saskia et moi sommes resté ensemble jusqu’à la fin. Nous avons repris un autobus de nuit pour revenir a Yangon, notre point de départ. Une longue nuit. Nous avons profiter de notre dernière journée ensemble pour nous payer un tour de Yangon en train ! Voir la « vraie vie ». Nous avons pu observer le décor défiler pendant 3 heures.

Ce fut une belle finale a ce 2 semaines et demi de découvertes, de rencontres et de visites. Vraiment je puis affirmer que ce pays changea mes références en terme d’authenticité et d’ouverture sur les autres. Je suis heureuse d’avoir fait le choix d’y poser les pieds. Hésitante avec le Sri Lanka au départ. Ce ne fut pas nécessairement facile tout le temps mais si enrichissant. Vraiment, j’en tire de belles leçons. Financièrement aussi je m’en tire plutôt bien. 400$ pour 18 jours soit une moyenne de 22$ par jour. Cheap comme on les aime ! Il est certain que d’avoir partagé la route avec mes nouveaux amis a aidé a diminuer les coûts. Vraiment, un pays extraordinairement différent! A mettre sur votre liste de voyage!