Myanmar, deuxième acte


Lorsque fut
venu le temps de quitter Mandalay, c’est au petit matin que je quitta pour prendre le bateau. Oui oui une traversée de 14 heures m’attendait. Tout le monde m’avait vanté ce déplacement entre Mandalay et Bagan, je n’allais pas manquer cela. Ce fut une looooongue mais magnifique journée. Rempli de discussions, musique et lecture. Une fois rendu a Bagan et ce, avec mes nouveaux amis Hollandais Joris et Saskia, nous avons posé nos sacs dans le même guesthouse. Même également que la maman et son fils américains avec qui j’avais voyagé pendant une journée ou deux a Mandalay. Tout ce beau monde réuni a la même place. Bagan est reconnu au Myanmar pour avoir plus de 4000 stupas.  

C’est donc armé de nos bicyclettes vintage que nous avons parcouru la région. Il faisait une de ces chaleurs ! Sans vouloir tourner le fer dans la plaie, je crois qu’il ne fait pas très beau chez vous en ce moment mais sérieusement, c’était quelque chose. J’ai du boire 3 x 2 litres cette journée là. Sans aller a la salle de bain. Vous voyez le genre. Nous avons visité plusieurs stupas et temples. Très impressionnant. D’ailleurs très drôle ce bouddha que nous avons découvert dans un des temples. De loin il souriait et de proche il était bête. Effet d’optique. Comique ! La journée s’est terminé sur un magnifique couchée de soleil que nous avons apercu de justesse. Après un violent orage, le ciel s’est complètement dégagé et voilà, nous pouvions apprécié ce phénomene de la nature dont on ne se tanne jamais.

Le surledemain, nous sommes allé nous promener en banlieue de Bagan pour visiter le Mont Popa. Situé a environ 1 heure (50 km) de Bagan. Saskia, Joris et moi…dans la boite du pick-up. Ce fut agréable de voir « l’arriere-pays ». Rendu sur place, nous avons escaladé les 300 marches pour nous rendre sur le toit de cet ancien volcan situé a plus de 4000 pieds au dessus du niveau de la mer. La montagne connu pour être la maison de certains esprits permet d’avoir un point de vue superbe sur les environs.  La seule affaire c’est d’éviter les singes. Partout. Mais armé de mon baton tel Harry Potter, on était protégé !
Notre prochaine destination était Kalaw, point de départ pour le trek de 3 jours que nous avions en tête. En effet c’est a Kalaw que tout se met en place pour le trek qui permet de se rendre a Inle Lake, autre populaire destination du Myanmar. Nous avons donc pris le bus de jour entre Bagan et Kalaw et c’est 10 heures plus tard, tout courbaturé, que nous avons débarqué nos sacs et nos corps meurtris de ce foutu bus. Quel longue journée ce fut. J’ai tentativement dormi en parti, question de mettre de coté mon inconfort. Le temps de réserver notre trek, nous partions déja le lendemain. J’avais entendu parlé de ce trek et je m’étais finalement dit que considérant la saison des pluies, je n’allais pas le faire. Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée! Avec les amis, nous étions tous bien crinqués. C’était sans savoir ce qui nous attendait. Nous sommes parti notre petit groupe soit Saskia, Joris, moi, Tim un américain rencontré a Bagan et Alain un francais d’une soixantaine d’année. Accompagné de notre guide. Durant ces trois jours nous avons eu droit a tous les temps : du gros soleil, des nuages et évidemment de la pluie. Les paysages étaient magnifiques! Nous avons fait 3 journées de marche d’environ 6 a 8 heures par jour pour parcourir environ 20km par jour. Assez exténuant. Nous faisions des arrêts pour le diner. D’ailleurs nous avons arrêter a un restaurant et avons attendu pour que la pluie cesse. Saskia et moi nous sommes installé devant le foyer, question de nous sécher. Et les petits chatons de la place sont tous venu a moi, bien couché sur mon pied! J’étais pris là !
Quand nous avons été poser nos questions et acheter notre trekking, le monsieur (Sam de son prénom) nous avait répété et répété : « Please, during your trekking, stop, sit and enjoy the view. Put that in your memory ». Nous avons bien rit puisque nous avions tellement de marche a faire que nous ne nous sommes pratiquement pas arrêté! Il fallait presque le demander pour s’immobiliser et prendre une photo. Depuis, Joris, Saskia et moi réutilisons le running gag a toutes les sauces. 
Nous avons dormi la première nuit dans une maison, chez les gens. Nous étions installé tous les 5 bien enlignés sur le sol. Nous entendions le buffle respiré sous le plancher. Il était caché sous la maison pour la nuit. A l’abri. Nous nous sommes réveillé au cri des coqs soit très très tôt !  Sur notre route, nous avons pu rencontrer 5 ethnies différentes et de nombreux enfants. Tous très heureux de se faire prendre en photo et surtout de se voir sur l’écran de la caméra pour rire de leurs amis ensuite!  Nous avons passé la seconde nuit dans un monastère. Fascinant d’entendre les prières et méditations a 4h30 du matin. Et surtout quel silence et quelle austérité dans ces lieux ! Malgré nos lits rudimentaires, nous dormions comme des bûches complètement épuisés de nos journées d’effort. La deuxième fut particulièrement difficile. Il a plu une bonne partie de la journée et cela a rendu les chemins complètement impraticables. C’était vraiment difficile de marcher et de ne pas tomber dans la boue. En fait, je vais vous le dire : je suis tombé! En essayant de suivre notre cuisinier. Ce dernier marchait vraiment rapidement et j’aimais bien le suivre. Il avait un rythme régulier. La différence entre lui et moi fut les souliers. En essayant de contourner une roche mon pied a glisser dans la boue et pouf, complètement étendu la fille! Par chance j’avais pris de l’avance sur mes coéquipiers alors excepté le cook, personne n’a rien vu! J’ai tentativement essayer de me nettoyer en soirée mais ce fut peine perdu. Nous n’avions pas de douche non plus. Le grand clean up est allé au lendemain. La dernière journée le temps fut exceptionnellement beau. Comme pour finir en beauté. Nous avons tous attrapé un coup de soleil. Après quelques heures de marche, ce fut dans la joie que nous avons aperçu le lake Inle ! Notre destination finale ! Le dernier village que nous avons traversé était vraiment joli en plus. Une belle finale. Nous avons eu droit a de délicieux melon d’eau en guise de cadeau d’arrivée ! Menoum! Un bateau nous attendais pour la traversée du lac. Nous avions fait livré nos gros sacs a dos a Nyaung Shwe, le petit village situé près du lac Inle. Je peux tu vous dire que la douche fut magique ! God ! Avec eau chaude! Non mais quel luxe ! 

Vraiment une super aventure ce trek !!

Unis par les liens de la bouette !

Nous sommes resté au Lake Inle durant quelques jours. Nous avons pris les choses plutôt relaxe. Avons loué bicyclette et visité. Nous avons fait un arrêt au Red Mountain Winery. Après l’intéressante visite des lieux, nous avons pu goûter le produit. Pour environ 2,50$, nous avons pu testé 5 différents vins. Nous nous sommes gâter et sommes resté longtemps bien installé les 4 ( Alain le francais nous a quitter après le trekking) a boire, jaser et simplement profiter du décor, époustoufflant ! La production vinicole croit de plus en plus au Myanmar.  C’est un marché en développement. Sans être exceptionnel, il était très bon ce vin. Nous avons aussi découvert un resto italien dans le village. Délicioso!  Vous dire a quel point c’était bon, nous y sommes retourné une deuxième fois dans la même journée ! Dîner pasta, souper pizza ! Mamamia! Disons que nous nous sommes bien récompensé pour les efforts des derniers jours. 

Nous avons aussi profité de notre passage au Lake Inle pour faire une journée de découverte du lake Inle et de ce qui l’entoure. Nous avons visité une fabrique de lotus, des monastères, temples et sommes surtout promené en bateau toute la journée. Nous avons surtout pu observer un phénomène propre au Myanmar soit la technique de pêche des pécheurs. Ils tiennent leur pagaie d’une seule jambe et rame avec ! On dirait presque la pagaie est collé sur eux. Particulière technique!

Le tout s’est terminé sur un couchée de soleil semi-nuageux avant le retour.  J’ai adoré le Lake Inle. Ce fut mon endroit préféré au Myanmar. Tellement beau avec les montagnes environnantes. Je ne sais pas si c’était dû a la période de l’année mais le ciel était fascinant a voir également. Les nuages si blancs et si gris en même temps. Tellement changeant. Je crois que je ne me lasserais jamais d’observer un tel paysage. 

Tim nous a quitté un jour plus tôt mais Joris, Saskia et moi sommes resté ensemble jusqu’à la fin. Nous avons repris un autobus de nuit pour revenir a Yangon, notre point de départ. Une longue nuit. Nous avons profiter de notre dernière journée ensemble pour nous payer un tour de Yangon en train ! Voir la « vraie vie ». Nous avons pu observer le décor défiler pendant 3 heures.

Ce fut une belle finale a ce 2 semaines et demi de découvertes, de rencontres et de visites. Vraiment je puis affirmer que ce pays changea mes références en terme d’authenticité et d’ouverture sur les autres. Je suis heureuse d’avoir fait le choix d’y poser les pieds. Hésitante avec le Sri Lanka au départ. Ce ne fut pas nécessairement facile tout le temps mais si enrichissant. Vraiment, j’en tire de belles leçons. Financièrement aussi je m’en tire plutôt bien. 400$ pour 18 jours soit une moyenne de 22$ par jour. Cheap comme on les aime ! Il est certain que d’avoir partagé la route avec mes nouveaux amis a aidé a diminuer les coûts. Vraiment, un pays extraordinairement différent! A mettre sur votre liste de voyage! 


Publicités

Yangon et Mandalay

Mon premier arrêt et mes premières visites furent faite a Yangon. Plus grande ville du Myanmar avec 4 millions d’habitants. Qu’est ce qu’il y a de beau a visiter a Yangon ? Pleins de choses ! En voici quelques unes!

J’ai débuté par la Sule Pagoda. Situé bien centralement dans la ville. J’y ai fait la rencontre d’un vieux monsieur qui fut finalement mon guide pour la journée.

 Il m’a trimballé avec lui, m’a gentiment expliqué pleins de choses sur le Myanmar. Il m’a même fait un peu d’astrologie ! Vous serez heureux d’apprendre que je suis née un mardi. Je suis « Tuesday born » comme il répétait sans cesse. Mon animal est le lion. Grrrrrrrrrrr. Ma direction est Sud-Est. Ma planète est Mars et mon chiffre chanceux le 8! Voilà vous savez tout. Nulle besoin de chercher plus loin. Nous avons ensuite pris le bus local ( quelle expérience en soit….au niveau soporifique entre autre. Un vrai sauna !). Nous avons été visiter un centre de méditation. Le Mahasi Meditation Center. Super impressionnant tous ces tapis et les gens qui viennent méditer. Ils ont vraiment tous mon respect. Nous avons eu le chance de voir une “monks mobile” arriver juste devant nous avec pleins de monks importants en débarquer. Ici les monks sont ultra-vénérés et respectés. Il y avait une important célébration ce jour là. Nous nous sommes ensuite dirigé dans un autre lieu soit celui du reclining bouddha. Le Chaukhtatgyi Paya. A la difference de ceux que j’avais déja vu, il était hautement coloré celui-ci. Fort joli. Et les pieds de bouddha….wow ! J’adore ! La légende veut que bouddha juste avant sa mort laissa des empreintes de ses pieds afin de rappeler sa présence sur terre. Tous les carreaux ont une symbolique!

Notre prochain arrêt fût fait a un des pôles touristiques les plus significatifs du Myanmar, la Shwedagon padoga. Ce stupa ( monument de forme conique contenant des cendres, ossements ou morceaux de personnes importantes décédées) est un haut lieu bouddhiste et le premier centre religieux du Myanmar. Les gens viennent nombreux et régulièrement y prier. Quelle chance j’ai eu d’y être un jour de congé….bouddhiste ! Plusieurs commerces étaient fermés dans la ville dont le célèbre marché Bogyoke ( meilleur chance la prochaine fois) mais c’était rempli de gens ici ! Fascinant ! Après avoir visité, nous nous sommes assis un moment parmi la foule. Les gens s’assoient, mangent, et relaxent. Ils peuvent y passer la journée. La petite brise était bonne. Dieu qu’il faisait chaud !

Le lendemain en matinée, je suis allé marcher et me suis rendu au Botataung Paya, nommé en l’honneur des militaires qui aurait escorté les reliques de bouddha depuis l’Inde et ce il y a 2000 ans!  Les reliques  y sont conservés.  Quelques cheveux et des morceaux de dents.  Pour le reste j’ai fait de l’exploration rurale. Prochain arrêt pleasssse!

Après une nuit dans le bus direction Mandalay, c’est au petit matin que j’y ai mise les pieds. Ville assez populeuse également. Plus grosse que ce que je m’imaginais. Ici on est pas mal plus au Nord du pays. J’y ai passé quelques jours. Première journée, j’ai “engagé” un chauffeur privé pour pouvoir rayonner comme il se doit dans les environs.

Je suis allé visiter le monastère Shwe In Bin Kyaung datant de 1895 dans le « Monks district ».  Les lieux sont toujours un peu austère et dénudé. A l’image de leur choix de vie en toute simplicité. Silencieux, poussièrieux. Ensuite, direction le marché de Jade. Il faut savoir que le Myanmar est réputé pour cette pierre précieuse. Je n’ai rien acheté. Semble t’il que la qualité n’est pas toujours au rendez vous et honnêtement je n’y connais rien aux pierres. Je n’étais pas si intéressé de toute facon. Ca tombait bien. Mon chauffeur m’a par contre fait arrêter chez un “ami” qui lui aussi vend des bijoux. Ben quin! Belle arnaque pour ramasser une commission l’grand ! Oublie ca…overprice et inintéressant. On poursuit!

Mahamuni Paya. Dans ce temple, le bouddha central, le plus célèbre de la nation, ne peut être approché que par les hommes. Aucune femme n’est admise tout près. Les gens prient et collent des milliers de feuilles d’or. Il y a semble t’il 6 pouces de feuilles d’or de collé dessus ! C’est de la superposition ca mon ami ! De loin on ne voit pas la nuauce mais de proche, c’est possible de l’apercevoir. Ici aussi quelqu’un est venu a moi. Un moine. Ce qui est plutot rare, les moines n’étant pas autorisé a s’assoir près des femmes. Ils évitent normalement les contacts, de peur d’être touché aussi. Puisqu’ils est très déplacé de toucher un moine, ne serais-ce que sur le bras. Celui-ci a pris un peu de son temps pour m’expliquer le temple et le lieu. Toujours gentil quand les gens viennent a toi pour te partager un peu de leur pays. J’adore cela et ca me surprend a chaque fois. Parlant de feuille d’or, nous avons aussi fait un arrêt dans une fabrique de feuilles d’or. Wow tout le travail manuel qui s’en suit. C’est fou ! J’en retiendrai que la feuille est applati des milliers de fois et ce, pendant des heures. Voir ici les hommes qui se sont installé avec une pierre et un bateau et qui a force de bras, écrase et écrase encore les dites feuilles.

En fin de journée, mes 2 dernières visites fut d’aller aux pagodes Kuthodaw Paya et Sandamani Pay . La quantité de stupa qu’il y a ici, c’est superbe a voir ! Et pour conclure cette journée, j’ai escaladé “Mandalay Hill” (230m) pour m’offrir un beau coucher de soleil. On se tanne pas de ca hein ! La vue 360 sur Mandalay et sa banlieue est fascinante a voir.

J’avais rencontré a mon hotel de Yangon 2 américains. Une maman et son fils. Helen et Matthews. Super gentils. Je les ai recroisé ici a Mandalay ( même chemin touristique toujours!) et nous avons décidé de faire une journée ensemble. Le plan de match était tout d’abord d’utiliser les transports locaux, ce qui est une expérience en soit. Direction Amarapura afin d’être témoins du déjeuner de milliers demoines a chaque matin a 10h30. Ces moines mangent 2 fois par jour. Un peu aux aurores et un deuxieme repas, le dernier de la journée, a 10h30. Quand la cloche sonne, ils se positionnent tous en rang et quand ca part, GO, ca avance. Certains moines sont dédiés aux taches de distributions du riz, etc. Laissez moi vous dire que ca roule ! impressionnant. Les touristes, quand même peu nombreux, sont plutot respectueux dans l’ensemble du processus. Quoique de plus désagréable que d’aller pointer l’objectif de sa caméra dans leur face a l’heure du repas. Nous sommes resté en retrait et avons pu observer cette habitude vraiment hors du commun. En quittant et après avoir acheter un petit livre écrit par un des moines du monastère, nous sommes justement tombé sur ce dit-moine qui nous a invité a venir discuter avec lui a l’intérieux du monastère. A l’abri des regards et des oreilles. Je crois qu’il était impressionné et content que nous sommes venu par nous même et non pas avec un groupe organisé. Nous nous y sommes posé pour plus d’une heure a discuter de pleins de choses. Toutes plus intéressantes les unes que les autres : la religion, la vie, le monde. Ultra ouvert. Toujours le mot juste. Un être fascinant!  Et a mon avantage, il aimait bien les Canadiens., Je crois qu’un des généreux donateurs pour le monastère est Canadien…merci monsieur !! Notre deuxieme arrêt fut le célèbre Pont U-Bein . Plus long pont en teck au monde (1,2km), nous l’avons traversé en entier. Il fut construit il y plus de 200 ans. 

 

 

Le lendemain j’ai eu une envie de marcher. Je me suis payé la traite. Je suis allé faire le tour du Fort de Mandalay. Long de 2km par 2 km, je l’ai longé au complet. Une sale journée pour les mollets ! Voir ici les installations d’entrainement publics. Comique ! Je peux vous dire que j’ai bien dormi ce soir là. J’étais fatiguée …et ne semblait pas être la seule ! 

 

C’est le lendemain a 4h30 que je quitta Mandalay avec le bateau en direction de Bagan. Cette journée de 14 heures ( Oui 14!)  permet de longer la célèbre rivière  Ayeyarwady ( a dire 10x  rapidement) et d’observer la “vraie vie” comme j’aime bien dire. Les gens ruraux, les paysans, les marchands, les enfants.

 

Même les vendeuses prêtent a monter a bord et a jouer du coudes lors d’un arrêt et ce, afin de nous vendre de délicieuses manques.  Nous n’étions pas très nombreux. Je vous dirais environ 8 touristes et tout le reste, des locaux. Moi qui aime prendre des photos, j’ai complètement oublié de prendre le bateau en tant que tel en photo. Imaginez vous un bateau style Mississippi. 2 étages, en bois. Devant arrondis. Ca ressemble pas mal a ca.

Ajouts sur le Myanmar dont j’ai oublié de vous parler. Les gens et surtout les hommes machent des “Betel chewing gum”. Ca leur fait cracher rouge dans la rue, au volant, en vélo, partout. Tu peux en apercevoir les traces fréquemment et surtout cela colorent leurs dents ! Au début, j’ai fait un petit saut je vous dirais….après un temps tu t’habitudes mais les gensives sont vraiment foncées ! Presque épeurant! 

Ici, pas de banques, de guichet donc pas moyen de retirer de l’argent une fois entré au pays. C’est donc dire que l’argent que tu as sur toi, c’est avec cela que tu devras gérer ton voyage.l Pas super évident de calculer a l’avance combien exactement tu auras de besoin, ne connaissant pas le coût de la vie. J’avais entendu des commentaires contradictoires en plus. Deuxième notion importante : Tu amènes des beaux dollars US NEUFS! Je répète : neufs ! Pas plié, pas déchiré, pas utilisé si possible,  neuf ! Autre beau défi a trouver ! Et tu changes une partie de cet argent une fois dans le pays et idéalement sur le marché noir afin d’avoir un meilleur taux. Tu peux le changer un peu n’importe où en fait …. mais le taux sera pas intéressant. Faut donc dénicher L’ENDROIT ou tu auras un taux respectable. Toute qu’une aventure. Tu as besoin du US pour payer les hôtels et transport et tu as besoin du Kyats ( leur monnaie) pour les achats normals : resto, location de vélo, etc. Dans mon cas, j’ai finalement changé mes dollars dans une clinique d’optométrie. Et oui, ca peut être partout ! On m’a fait passer en “arrière boutique” et un vieux monsieur assis faisait office de “banquier”. Combien vous voulez, voici mon taux. OK c’est pas mal. Il était même équipé d’une machine pour compter automatiquement les billets, comme les vrais banques ! C’est a se demander s’il vit vraiment des lunettes ou de ce business parralèle. J’avais finalement changé trop de kyats mais Tim, un américain avec qui j’ai voyagé en fin de périple en avait de besoin lui alors j’ai pu lui échanger ce que j’avais de trop. Ca le dépannait alors donnant-donnant comme on dit ! 

Chiang Mai, Pai et nous

Suite a notre arrivée dans le “water festival” de Bangkok où tout était fermé pour cause de célébration annuelle, nous avons rapidement décidé de prendre la route vers le Nord et ainsi débuter la vraie exploration! C’est en ce dirigeant vers Chiang Mai que Mel a pu vivre sa première expérience de train de nuit.
Après un beau 15 heures de route ou tout a bien été (premiere rencontre de ladyboy incluse = Inoubliable!), nous avons mis les pieds au petit matin a Chiang Mai ou nous sommes resté 2 jours. Nous avons fait le tour de la ville a pieds, avons visité la plupart des temples de la ville, nous sommes promener dans les walking street market de fin de semaine…
…avons expérimenter ensemble les massages a peu de frais ( déja fort apprécié et pour lesquels nous récividons presque quotidiennement!) et avons même pris un cours de cuisine !! Comme vous pouvez le constatez, nous nous amusons déja pas mal et ce n’est que le début !
La Thailande est un grand et beau pays et les choix d’endroits a visiter sont déchirants. Nous avons tout de même un mois ensemble et nous voulons tout faire : le Nord, le Sud, le Centre ! Or, nous nous complétons bien et a ce jour, nos sélections et notre répartition du temps est bonne ! Nous serons possiblement quelque peu essoufler a la fin mais nous aurons un beau portrait complet du pays ! D’ailleurs, je suis personnellement agréablement surprise a ce jour. Je n’avais pas d’attentes particulières mais la Thailande est tellement un pays ouvert depuis longtemps touristiquement parlant que je n’aurais pas été pas surprise de rencontrer des Thailandais blasés et des villes ultra peuplés de touristes….a mon grand étonnement ce n’est pas le cas et ca me plait !! Normalement la Thailande est un des premiere pays a faire et voir quand tu débarques en Asie. Dans mon cas non et j’aime vraiment ca! Ca fait a peine une semaine mais je crois que je vais bien m’y plaire !  A suivre dans le bilan final.
Pour en revenir a notre deuxieme arrêt, nous avons choisis la ville de Pai.
Petit village situé au Nord-Ouest de la Thailande, pas très loin des frontières birmanes, a environ 4 heures de mini-bus de Chiang Mai. Légèrement hippie, bohème, a la limite grano. C’est un joli petit paradis bien calme. Ca se marche bien, il y a de bon petits restaurants et de mignonnes boutiques. Nous avons un super guesthouse, très abordable. Le Baan Pai Village. Petit bungalow bien sympa. L’ambiance est agréable, les gens ne se prennent pas au sérieux. Le décor environnant est fort joli, tout en montagnes  Il y a des petits bands et des musiciens partout en soirée. La scène nocture semble bonne, quoique nous sommes plutot tranquille a ce jour. Mais j’aime ca ici !
Nous avons silloné le village et  avons même fait de l’éléphant ! Première expérience pour Mel qui a rapidement surmonté sa peur de l’imposant Dumbo et deuxième promenade pour moi, qui ne s’en lasse pas de toute facon ! Nous avons choisis de la faire avec l’organisation Thom’s Pai elephant Camp (thomelephant.com). Ils sont super gentils, les prix sont corrects et j’ai eu l’impression ( toujours dure a valider!) que les éléphants étaient bien traités. Nous avons eu du temps avec les éléphants avant de partir en randonnée, nous les avons même nourris et cajolé! Après presque 2 heures a se faire applatir les fesses sur leur dos  (ouille!), nous avons terminé la journée par une baignade avec eux ! Malheureusement, nous n’avions pas amener l’appareil photo avec nous alors il est impossible de vous partager ces souvenirs visuellement mais l’important c’est que nous, nous les aurons toujours dans nos têtes ! Et ils se sont gâtés ces éléphants pour nous “pitcher” litteralement a l’eau! C’était presque du rodéo-éléphant a savoir qui resterait a tenir le plus longtemps possible sur leur dos chambranlant afin de nous faire tomber ! Et ca nous arrosait a qui-mieux-mieux avec leur trompe ! Trop amusant !! On les apprivoise super rapidement et c’est vraiment un animal que j’apprécis. Costaud….au coeur tendre!
Vraiment nous avons passé une super journée. Journée qui s’est soldé par la constation que ca fait longtemps que j’ai pas vu un cheval !  Hein Mel !
C’est grosso-modo les premières impressions et photos de notre périple. Bienvenue aux amis de Melanie en passant, je sais que vous êtes certains a vous être joints au blogue! C’est un plaisir de vous savoir parmi nous!
Et pour les habitués ( pas tanné de me suivre j’espère ?!) vous aurez peut etre remarqué que je porte les lunettes sur les photos. Ce n’est nullement par envie de me donner un style, ce que je ne ferais pas compte tenu de mes fonds de bouteille, mais bien parce qu’apres une petite virée a l’hôpital « Ear, Eyes, Nose and Throat » a Bangkok (oui je veux jure, c’est le vrai nom!) pour essayer de voir ce qui n’allait pas dans mes yeux depuis un certain temps, j’ai du me rendre a l’évidence que je faisais une conjonctivite et un enflement de la cornée. Greatttt! Et ce depuis possiblement plusieurs semaines. Ca devenait de plus en plus désagréable alors j’ai décidé d’aller consulter. Résultat : aucun verre de contact et traitement de minimum 5 jours ! Ayayaye…moi qui ne porte presque jamais mes lunettes! Ceux qui me connaissent bien le savent…c’est ultra-méga-tellement rare. Bref, j’ai fait un bel effort dans les derniers jours et tout va maintenant mieux ! Demain c’est guérit et je peux revenir a une vie normale!! Pour quelques occasions, je me suis permise de mettre seulement un de mes deux verres de contacts, soit dans l’oeil non-infecté. Comme avec les éléphants par exemple parce que c’était plus pratique et quasi-impossible de garder mes lunettes sous le gros soleil et sachant qu’on allait se baigner. Or, avec ma vision vraiment basse de –6, je peux vous dire que je buzzait quelque chose de rare avec un oeil ok et un oeil aveugle. Les myopes dans la salle comprendrons ! Les perspectives sont tellement pas les mêmes! J’avais l’air un peu freak en descendait des marches et faisant super attention, question de pas en manquer une! Bref, tout est bien  qui fini bien et j’espere que tout cela est maintenant derrière moi. Vivement les angles 360 demain !!
Anecdote : Contrairement a Astérix, Mel elle, est tombé dans les gauffres bananes-chocolat! Welcome in Asia ma cocotte!!

SI

Si j’étais le Laos, je serais un pays magnifique.
Si j’étais le Laos, j’offrirais une multitude de diversité et de paysages a mes visiteurs. Le sud de mon pays serait tout en quiétude, zénitude, longitude. J’aurais un poste frontalier, un peu négligé, avec le Cambodge ou les passages et obtention de visa se ferait a cout de stamp et de frais cachés. J’entasserais les touristes dans un camion ou a toute allure, je leur ferais mangé de la poussière sous une chaleur accablante avant de les amener a destination. Dans une ville perdu, près du port, point de passage pour rejoindre les 4000 thousands island, sous un ciel noir nuit, je créerais une mésentente ou personne ne pourrait embarquer les pauvres touristes et ou, drolement le guide qui aurait amassé l’argent pour la traversée aurait disparu. Après plusieurs échanges corsés entre Laotien ou nulle mot ne pourrait être compris, les bateaux partiraient avec pour guide…ma propre lampe frontale.

Si j’étais le Laos, j’aurais en mon pays un endroit appelé Don Det, petite ile faisant parti des 4000 iles. Offrant la possibilité d’y installer mes visiteurs coté Sunset ou coté Sunrise. Petit bungalow. Vie simple. Repos. Lecture. Nourriture. Matin, Midi. Soir. Tout serait fermé a 10 pm. Electricité en soirée seulement. Aucune voiture. Hamac. Douche froide et coq au réveil. Gazoullis d’oiseaux. Partout. Tout le temps. J’y louerais des bicyclettes pour faire le tour de l’ile et aller visiter l’ile voisine, Don Kong. J’y aurais une magnifique chute avec un imposant débit, une espèce rare de dauphins Irrawady, des chemins de terres cabossées. Des enfants partout. Un rythme de vie d’une autre époque. Il serait possible d’y nager dans le Mékong, clair  et translucide en ce temps de l’année. Avec une température juste parfaite pour abaisser la chaleur du corps. Ou encore de s’échouer sur une ile, seule.

J’offrirais un bus de nuit vraiment de haute qualité pour rejoindre ma Capitale Ventiane. Double bed, petites gateries incluses. Ventiane : ville dont certains dirons “sans grand intéret….”. Je serais tout de même jolie, facilement accessible. Ville de passage. J’y aurais une réplique de l’Arc de Triomphe de Paris, des temples de toutes sortes, une rivière dont la promenade vient tout juste d’être refaite, un marché de nuit, du shopping. Ville parfaite pour un arrêt de 2 jours, coupant la route vers le Nord du pays. Capitale au teint blême.
Si j’étais le Laos, j’aurais des routes sineuses et montagneuses. A n’en plus finir. J’aurais une ville appelée Vang Vieng, passage obligé pour tous backpackers voyageant en Asie. Ville de party ou l’activité principale serait le tubing. Ceci consisterait a descendre la rivière bien installé dans une chambre a air et a faire des arrêts dans les nombreux bars installés sur le bord de l’eau. Toutes les raisons seraient bonnes pour fêter. Free cocktails pour lady, buy 2 bucket get 1 free. Saoulerie garantie. Or, j’offrirais surtout, au dela des épisodes de Friends diffusé partout en ville, un paysage environnement a couper le souffle. Des caps de montagnes vertigineuses, une rivière magnifique. Un tour de motorbike dans le countryside serait une belle facon de contrebalancer l’esprit fêtif de la ville. Pour votre plus grand bonheur.
Si j’était le Laos, j’aurais un peu plus au Nord de Vang Vieng, une magnifique petite ville appelé Luang Prabang, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Coquette, bordant la rivière, rempli de moines qui circulent au petit matin très tôt pour recevoir les offrandes faites par les locaux, des temples bouddhistes bien entretenus, un superbe marché de nuit, des massages à tous les coins de rues, de chutes vraiment superbes, de shakes délicieux et tout ce qu’on peut désirer pour être heureux. Meme des tours en éléphant ! Un endroit ou il serait facile de s’y barrer les pieds plus d’une semaine sans jamais avoir l’impression de s’essoufler. Agreable. Ou il fait bon s’y poser.
Si j’étais le Laos, encore plus au Nord, je laisserais venir les voyageurs désirant sortir des sentiers battus. Une première petite ville appelé Nong Khiaw ou la vie rurale serait vraiment…rurale. Tranquille. Imperturbable. Peu d’installations touristique. Quoique mon pays serait de plus en plus visité et que les guesthouses et restaurant se développeraient très rapidement. Nong Khiaw offrirait un tout autre beat. Niché aux creux des montagnes. Complétement dépaysant.
Mais pour une retraite complète, là ou le wifi ne se rend pas encore et ou pour s’y déplacer il faudrait faire 1 heure de bateau, sans aucune connection terrestre, j’aurais la ville de Muong Noi. Vraiment, vraiment beau petit village. Que des enfants et laotiens. Quelques guesthouse. Positionné au coeur des montagnes. Magnifique. La paix ultime. La réclusion totale. En ce temps de l’année, la saison des pluies serait légèrement devancée et la région serait un peu frisquette…mais parfaite pour ne rien y faire. Dormir, lire, manger et discuter. Sous la couette. Moment propice aux confidences. Prendre du recul. Refléchir. Le repos parfait.
Si j’étais le laos, j’aurais un langage si doux a l’oreille. Sabaï Dee voudrait dire bonjour. Kop Chaï Lai Lai, merci beaucoup.  Ca serait beau non ? J’aurais un alphabet si joli. Je garderais des zones de mon pays encore vierge. Le plus longtemps si possible. Je dirais surtout aux voyageurs de s’y garder du temps. Pour voyager mais surtout, pour vivre. Le rythme ici serait lent. Comme suspendu du réel. Lao Time comme on dirait entre nous. J’aurais gardé une authenticité encore si rare. Des gens gentils et respectueux. Souriants. Une nonchalance partagée par tous. Une joie de vivre. Des plaisirs simples.  Oui j’aurais des “happy shake, happy pizza” certes illégal (marijuane incluse) et tellement répandu. Comme une partie resté prise dans les années 70. Fou rire et paresse va.
J’aurais une délicieuse bière nationale, la Beerlao.
Je serais un tout petit pays. Peu peuplé. Seulement a peine plus de 6 millions d’habitants. Remplis de gens formidables et beaux. Beaux.
Je serais bordé par la Chine, le Vietnam, le Cambodge, la Thailande et la Birmanie. Complètement entouré de terre. Aucune mer environnante. J’aurais des montagnes a offrir mais aussi de magnifiques rivières, fleuves et le fameux Mékong. Je serais par contre encore un pays assez pauvre. Malgré mon tourisme grandissant. Économe pour le voyageur.
Si j’étais le Laos et que je devais avoir un nom de totem, je m’appelerais Pays paisible. Quoique pays serein, vrai ou authentique aurait pu etre aussi de mise.

Si j’étais le Laos, je serais  une belle découverte. Une perle de bonheur. Un diamant non-poli. Un territoire encore vierge a parcourir pour le touriste en manque de terres éloignées.

Si j’étais le Laos, j’essayerais de conserver mon caractère authentique le plus longtemps  possible. Je serais un secret encore (simili) bien gardé.
Si j’étais vous… j’irai le plus vite possible.

Les temples d’Angkor Wat

Les temples d’Angkor Wat sont considérés comme rien de moins que la huitième merveille du monde. Cette nomination date des années 60 mais reste tout de même selon moi encore d’actualité. Siem Reap, où sont situé les temples, est une charmante petite ville bien conservée, tranquille comme tout. Ici on y vient principalement pour les temples et rien d’autre. 2 millions de touristes y mettent les pieds chaque année. J’avais décidé d’y rester quelques jours et d’y consacrer 3 jours de visites. Il est possible de choisir entre les passes 1 jour (20$), 3 jours (40$) et 5 jours (60$). Les visites pouvant être répartis sur plusieurs jours, non-obligatoire de les prendre en jours successifs.

Historiquement, Angkor est l’ancienne capitale de l’empire Khmer. Situé au nord du lac Tonlé Sap, d’où je suis arrivé par bateau de Battambang, les temples d’Angkor Wat font parti du Patrimoine Mondial de l’Unesco. Tout comme la Baie d’Halong au Vietnam, visité il y a quelques mois. A son apogée, l’empire Angkor comptait environ 750 000 habitants et couvrait une superficie aussi grande que 1000 km carré! C’est énorme !  L’impact de ce royaume devait etre hallucinant! Pour les étrangers s’y aventurant, tout ce territoire couvert par les temples et la végération environnante devaient créer une ambiance et une impression inégalée.

Les temples d’angkor sont une source de fierté pour les Cambodgiens et ils ont bien raison ! Chaque temple possède ses caractéristiques propres et malgré la destruction partielle de ceux-ci, ils restent encore aujourd’hui bien imposants.

Les temples d’Angkor Wat sont le coeur et l’ame du Cambodge. Le temple d’Angkor est d’ailleur présent sur le drapeau national et le Cambodge est le seul pays ayant un symbole religieux sur son drapeau.

La visite des temples est possible avec le  « Petit tour » (incluant les plus connus), le « Grand Tour » et finalement ceux plus él0ignées. Dans mon cas, j’ai attaqué la première journée avec le Grand tour question d’avoir une vue d’ensemble des temples plus secondaires et ainsi me mettre « dans le bain ». Ensuite j’ai fait le petit tour avec les temples « all Star » tel Angkor Wat, Bayon et Ta Phrom. Et ma troisière journée, je l’ai prise pour aller explorer Beng Maelea a 70 km de la ville. Tout cela espacé par du repos et surtout des massages ! Tout comme Obélix, je suis tombé dedans et pas a peu près! J’ai abusé des massages ici !  Toute facon, l’offre de massage est omniprésente. Ils profitent bien du fait que les touristes sont fatigués de leur journée de visite alors c’est juste trop tentant de faire un petit stop sur le chemin du retour. J’ai tout essayé : massage du corps, de la tête et des épaules, des pieds, un scrub également. Allez hop, c »est l’heure des gâteries! Bien mérités évidemment !

Un peu plus de détails sur les temples les plus symboliques peut-être ? Angkor Wat est le plus vaste monument religieux au monde  ! Rien de moins! C’est d’ailleur ici que j’ai souligné mon 30ieme anniversaire si vous vous souvenez bien. Au levée du soleil. Le lieu est fait de tour, de bas-reliefs, de gravures, des poutres, etc. Tous les temples de l’empire Angkor furent bâti entre 900 et 1200 je vous dirais. Celui-ci plus particulièrement entre 1113 et 1150. Il est stupéfiant de realiser que les pierres ayant servis a sa construction ont été prise a plus de 50 km du lieu et furent mise a l’eau pour un déplacement par flotaison le long de la rivière. Cette logistique est vraiment impressionnante quand tu constates la grosseur des pierres. Et de près, tu peux voir des trous dans certaines. C’était fait pour y mettre un bout de bois et pouvoir lever les pierres. Ca devait tellement être lourd ! Aucune idée comment ils arrivaient a percer la pierre sans la casser.

Angkor Thom est une ville fortifié en soit. Elle comprend 5 gates (portes) d’une hauteur de 20m chacune. Il y a plusieurs temples dans Angkor Thom. Bayon est vraiment un des temples qui m’a laisser une forte impression. Décoré de plus de 200 visages souriants, ce temple sors de l’ordinaire et permet d’apercevoir de tous les cotés ces visages mystérieux aux doux sourires.

Tu peux escalader la plupart des temples. Souvent la vue d’en haut est grandiose!

Ta Prohm est un autre temple impressionnant dû a l’entrecroisement entre la pierre et les arbres. On s’y sens comme Angelina Jolie en parcourant le lieu.Vous vous souvenez du film ?  C’est ce temple qui servit de lieu de tournage au film Tomb Raider.

Mais la vraie aventure a la « Indiana Jones » se passe plutot a Beng Maelea. Ce temple constitua ma dernière journée de visite a Angkor Wat. Il a beau avoir été restoré, c’est le plus « détruit » des temples que j’ai visité. Comme si tout s’était effondré et que c’était resté ainsi depuis. Tu peux entrer dans le temps, te promener sur les pierres, passer accroupis dans les cadres de portes. Fascinant!

J’ai adoré mon passage a Angkor Wat ! Les journées sont longues et fatigantes, les temples les plus connus envahis de touristes mais tu réussis toujours a trouver un petit endroit isolés, tranquille, a l’ombre . Dans mon livre a moi, je classe ce lieu au même niveau que le panthéon d’Athènes en Grèce ou l’Alhambra de Grenade en Espagne. Le lieu est franchement impressionnant. Vraiment un must-see a voir une fois dans sa vie !